1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Sommet avec Kim Jong Un : Trump est "l'égoïste ultime", dit Olivier Mazerolle
2 min de lecture

Sommet avec Kim Jong Un : Trump est "l'égoïste ultime", dit Olivier Mazerolle

ÉDITO - Face à l'échec de la diplomatie de Donald Trump lors de son sommet avec Kim Jong Un, Olivier Mazerolle fustige la série de "décisions vindicatives" et irréfléchies du président américain.

Donald Trump et Kim Jong-Un, à Hanoï, le 27 février 2019
Donald Trump et Kim Jong-Un, à Hanoï, le 27 février 2019
Crédit : Saul LOEB / AFP
Sommet de Hanoï : un échec "couru d'avance", pour Olivier Mazerolle
00:03:39
Sommet de Hanoï : un échec "couru d'avance", pour Olivier Mazerolle
00:03:40
- édité par Joanna Wadel

Avec Kim Jong Un, Donald Trump a connu un échec personnel, mais beaucoup plus grave, cet échec symbolise l'incapacité des États-Unis à participer à l’équilibre du monde. 

La vérité oblige à dire que l'homme qui occupe la Maison-Blanche n'est pas un président, c'est un promoteur immobilier qui se croit capable de réussir sur la scène internationale comme dans la jungle des affaires, en alternant le charme et les menaces. Son slogan "America First" n'est qu'un habillage de sa véritable motivation qui est "Trump First". Il est l'égoïste ultime, acharné à construire sa propre gloire, il transforme l'Amérique en "superpuissance voyou", selon les mots de Robert Kagan, un des plus brillants politologues américains, conservateur de surcroît.

Trump bringuebale l'Amérique dans l'aventure, pendant que la Chine et la Russie profitent de son errance stratégique. Plus probant, le témoignage de son ministre des affaires étrangères qui l'avait traité d'abruti, après l'avoir vu à l'oeuvre. L'échec avec Kim Jong Un est une humiliation pour Trump, il espérait décrocher le trophée qui lui aurait permis d'envisager d'obtenir "cette chose qu'on appelle le Nobel", comme il le disait récemment avec délicatesse. 

Un fiasco diplomatique prévisible

Le sommet n'avait pas été réellement préparé. Trump croyait qu'il suffisait de dire que Kim et lui étaient tombés amoureux l'un de l'autre, pour que le dictateur nord-coréen renonce explicitement à l'arme nucléaire. En réalité, l'échec était couru d'avance. D'abord parce que la possibilité de faire mal avec des missiles nucléaires est l'assurance tous risques pour Kim Jong Un, ensuite parce que Trump lui-même passe son temps à dénoncer les traités nucléaires ; il l'a fait avec l'Iran, et plus récemment sur l'interdiction des missiles à portée intermédiaire, qui concerne directement l'Europe. 

À lire aussi

Il est vrai qu'il n'a fait que répliquer à Poutine, qui ne respecte pas ce traité, et développe des missiles qui peuvent toucher les pays voisins de la Russie. Mais placé devant cette situation, on pourrait attendre du président des États-Unis qu'il organise une offensive diplomatique avec ses alliés. Pendant des années, le monde a vécu en paix grâce à l'équilibre des forces nucléaires conclues entre les États-Unis et l'Union Soviétique. Aujourd'hui, l'arme nucléaire est dispersée, il faut trouver de nouveaux équilibres, et dans cette quête, le poids des Américains et leurs alliés pourrait être considérable. 

Un mauvais contrepoids face à la Russie et la Chine

Au lieu de cela, Trump vitupère sur ses alliés européens et raye les traités nucléaires d'un traité de plume, il se lance à la recherche d'un accord avec un dictateur coréen, tout cela pour prouver à l'électeur du Kansas que son président est génial et qu'il faudra voter à nouveau pour lui l'année prochaine. 

Mais puisque Poutine et les Chinois ne sont pas des anges, on pourrait espérer avoir à la tête de la grande puissance que sont les États-Unis, un président réfléchi et stratège. Pour l'instant, par l'intermédiaire de Kim Jong Un, Trump a permis aux Chinois d'étendre leur influence en Corée. Après ces rebuffades, les Iraniens s'estiment légitimes à poursuivre leurs essais de missiles, et viennent de tester un sous-marin lanceur de missiles de croisière. Les Israéliens se sentent une vocation de policiers au Proche-Orient et se mettent à tirer quand bon leur semble. Les Chinois et les Russes produisent des missiles hypersoniques, et les Américains ne sont pas en reste. 

Vous me direz que tout cela nous éloigne des "gilets jaunes" et d'Ingrid Levavasseur qui captent notre attention, mais cette accumulation de décisions vindicatives nous concernent quand-même. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info