1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Royaume-Uni : un chien détenu par la police est libéré grâce aux internautes
1 min de lecture

Royaume-Uni : un chien détenu par la police est libéré grâce aux internautes

Le petit Bungle, âgé de 16 semaines, a été emprisonné au chenil de la police après avoir mordu un policier. Il a été libéré grâce à la mobilisation de plus de 8.000 personnes.

Bungle, le chow-chow, a été détenu quatre jours par la police avant d'être libéré grâce aux internautes
Bungle, le chow-chow, a été détenu quatre jours par la police avant d'être libéré grâce aux internautes
Crédit : Capture d'écran Twitter @RSPCA_official
micros
La rédaction numérique de RTL

Bungle est un jeune chien de la race chow-chow. Âgé de seulement 16 semaines, il s'est fait connaître il y a quelques jours outre-Manche pour avoir été détenu par la police du Northamptonshire pendant plus de 4 jours et avoir été libéré grâce à la mobilisation massive des internautes, rapporte le tabloïd britannique The Sun, qui a également soutenu cette campagne.

Le chiot, de son nom Bungle, avait réussi à s'enfuir de son domicile après avoir échappé à la vigilance de ses maîtres. Très vite perdu et apeuré, Bungle s'est alors caché sous un camion pour se protéger. La police, pour ne pas perturber la circulation, s'est vue obligée de déloger le petit chien, qui ne voulait pas bouger.

Effrayé, Bungle a mordu deux fois un policier qui tentait de l'extirper de sous le camion. Il a alors été saisi par les forces de l'ordre, en vertu de la loi britannique sur les chiens dangereux.

Plus de 8.300 personnes mobilisées sur internet

Alors qu'il devait être initialement détenu par le chenil de la police pour une durée minimale de neuf mois, Bungle a finalement été relâché grâce aux internautes au bout de quatre jours. Sur Facebook et Twitter, la mobilisation massive des britanniques a permis au petit chien de retrouver sa famille vendredi 23 novembre. 

À écouter aussi

Les demandes de libération de l'animal, accompagné du hashtag #FreeBungle, ainsi que la pétition signée par 2.500 personnes et le groupe Facebook constitué de 5.800 membres, ont forcé les policiers à rendre l'animal à sa famille. 

De leurs cotés, les propriétaires ont qualifié l'attitude et la procédure policière de "draconiennes" et "insensibles". La police leur a tout de même rappelé qu'il était de leur devoir et responsabilité de surveiller leur chien.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/