1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Présidentielle USA : Trump dénonce des sondages "bidons" et croit en sa victoire
1 min de lecture

Présidentielle USA : Trump dénonce des sondages "bidons" et croit en sa victoire

Le président américain a dénoncé ce lundi 2 novembre, à la veille de l'élection présidentielle, les sondages "bidons" qui le placent derrière son rival Joe Biden, affichant sa confiance dans une victoire.

Le président Donald Trump lors d'un meeting à l'aérodrome Oakland County, à Waterford (Michigan), le 30 octobre 2020.
Le président Donald Trump lors d'un meeting à l'aérodrome Oakland County, à Waterford (Michigan), le 30 octobre 2020.
Crédit : JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Sarah Ugolini & AFP

Donald Trump est confiant dans sa victoire. "Demain, nous allons gagner quatre ans de plus à la Maison Blanche", a lancé le candidat républicain ce lundi 2 novembre devant des partisans réunis à Fayetteville en Caroline du Nord, pour le premier de cinq meetings en cette ultime journée de campagne.

Dans un registre bien huilé, il a accusé son adversaire d'être un "criminel", mis en cause son acuité intellectuelle, critiqué les médias, les réseaux sociaux, la "gauche radicale", une "classe politique arrogante"... Si Donald Trump perd l'élection, il serait le premier président à ne pas être réélu pour un second mandat depuis plus d'un quart de siècle, une humiliation qu'il pourrait avoir du mal à avaler. Le Président entretient le flou sur la position qu'il adoptera en cas de défaite, ce qui suscite l'anxiété dans le pays.

"Nous en avons assez des tweets, de la colère, de la haine, de l'échec et de l'irresponsabilité", a de son côté rétorqué Joe Biden, à Cleveland dans l'Ohio. "Il est temps pour Donald Trump de faire ses valises et de rentrer chez lui", a-t-il tonné.

La possibilité d'une longue bataille judiciaire

Interrogé sur la possibilité, évoquée par des médias, qu'il se déclare vainqueur dès mardi soir si les résultats sont indécis, Donald Trump a catégoriquement démenti. "Non, non, c'est une fausse information", a-t-il affirmé dimanche. "Dès que l'élection sera terminée, nos avocats seront prêts", a-t-il cependant pris soin d'ajouter, laissant entrevoir la possibilité d'une longue bataille judiciaire.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/