1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Pourquoi les éoliennes sont-elles critiquées ?
3 min de lecture

Pourquoi les éoliennes sont-elles critiquées ?

ÉCLAIRAGE - Ces dernières semaines, des pêcheurs bretons ont manifesté à plusieurs reprises leur opposition à des projets éoliens. Mais pourquoi ce moyen de production d'énergie, que le gouvernement a annoncé vouloir fortement développer, fait-il débat ?

Des éoliennes au large de Boulogne-sur-Mer (Illustration)
Des éoliennes au large de Boulogne-sur-Mer (Illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN
Céline Morin

L’éolien, sujet hautement politique qui divise les Français. Au cœur des discussions lors des élections régionales, la problématique des éoliennes revient régulièrement sur le devant de la scène et devrait également être un thème débattu de la prochaine présidentielle. 

Et depuis que la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a annoncé vouloir augmenter de 45 % la production d’énergie éolienne, les débats font plus que jamais rage. Notamment chez les pécheurs qui refusent de voir leurs zones de pêche envahies par les éoliennes. Plusieurs manifestations ont ainsi eu lieu ces derniers temps en Bretagne – Saint-Brieuc, Saint-Malo, Caen – contre des projets de ce type.

Au large de Saint-Brieuc, en Bretagne, par exemple, un projet visant à mettre sur pied une soixantaine d’éoliennes est en cours d’élaboration. Pierre Morera, président du comité départemental des pêches du Var, qui est venu grossir le rang de ses homologues bretons, explique : "On a fait l'effort" de faire le voyage jusqu'en Bretagne fin mai pour manifester "car c'est très important (...) Il n'y a pas les Bretons d'un côté et les Méditerranéens de l'autre. La pêche artisanale, c'est un tout".

Polémiques autour du rendement des éoliennes

Dans une tribune publiée fin mai dernier dans le FigaroStéphane Bern reprochait : "les éoliennes fonctionnent seulement 25 % du temps et nécessitent l'aide de centrales à charbon, qui rouvrent notamment en Allemagne. Quelle belle victoire". 

À lire aussi

Mais ce constat n’est pas totalement vrai. Si l’on compte les jours où le vent dépasse les 90 km/h – empêchant l’éolienne de fonctionner – et la maintenance qui a lieu régulièrement, une éolienne tourne en moyenne, selon l’Ademe (l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie)entre 75 et 95 % du temps, dont un quart du temps à son maximum. Au total, l’éolien produit 8 % de l’électricité en France, ce qui n'est pas négligeable. 

Le chiffre avancé par Stéphan Bern fait référence à autre chose. Il correspond au rapport entre la production réelle d’une éolienne et sa production maximale théorique. En résumé : l’éolien produit en une année 25,7 % de ce qu’il aurait pu produire s’il avait fonctionné 100% du temps. 

Un impact sur l'environnement

La construction d’un parc éolien a certaines conséquences sur l’environnement qui l’entoure, c’est un fait. La bétonisation des sols en fait partie. De même que les nuisances pour certains animaux. Certains projets sont d’ailleurs annulés, car cela représente trop d’impacts négatifs pour la faune locale. 

Ainsi, pour les pêcheurs locaux, les projets en mer représentent une réelle menace pour la faune et la flore maritimes. Katherine Poujol, président de l'association "Gardez les Caps" explique : "C'est scandaleux, 190 forages dans des fonds avec des coraux, des roses de mer etc. La ressource halieutique ne va pas rester en bon état". 

Si le nombre d’oiseaux morts à cause des éoliennes reste très bas – entre 0,3 et 18 morts par éolienne en 2017 –, cela peut avoir un impact plus important sur d'autres espèces, "notamment celles qui volent haut, qui sont plus sensibles que d’autres", selon la Ligue de protection des animaux. La situation est surtout critique concernant les chauves-souris, dont plusieurs espèces sont en danger d’extinction

Mais des solutions sont mises en place pour essayer de résoudre le problème, comme des systèmes de détection des oiseaux, qui entraînent l’arrêt automatique de l’éolienne lors de leur passage.  

Des critiques parfois injustifiées

D'autres critiques ne sont en revanche pas totalement fondées. Celle selon laquelle les éoliennes ne sont pas recyclables, par exemple. En effet, selon l'Ademe, près de 90 % des matériaux utilisés se recyclent. La partie la plus dure à recycler est en fait la place de l’éolienne, mais l’acier, le béton le cuivre et l’aluminium utilisés sont, eux, recyclables à 100 %. 

De même, l’Ademe explique qu’une éolienne émet très peu d’émissions de CO2 entre sa fabrication et son recyclage : 13 grammes par kilowattheure d’électricité produite. C’est 40 fois plus pour une centrale au gaz et 80 fois plus pour une centrale à charbon. 

"Les gens ne se rendent pas compte que ces parcs éoliens, c'est un vrai chantier sous l'eau", déplore néanmoins Olivier Becquet, le vice-président chargé de l'environnement au comité régional des pêches de Normandie. Spyros Fifas, de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, reconnait qu'il peut y avoir "un stress passager pour certaines espèces", mais nuance en précisant que "l'impact est inconnu et difficile à mesurer pendant la durée des travaux". Il assure par ailleurs qu’une fois le site mis en place, "il n’y a aucun impact majeur". Parfois, cela entraîne même l’agglomération de plusieurs espèces qui prennent les structures soutenant les éoliennes comme des récifs. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/