1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Plastique, acide citrique, pétrole... Le point sur l'incendie catastrophe au Sri Lanka
3 min de lecture

Plastique, acide citrique, pétrole... Le point sur l'incendie catastrophe au Sri Lanka

Le 30 mai, les autorités Sri-lankaises annonçaient porter plainte contre l’armateur du porte-conteneurs qui brûle aux larges des côtes de Colombo depuis une dizaine de jours. Alors que l’enquête criminelle se poursuit, les membres de l’équipage, sortis ce 31 mai d’isolement, vont pouvoir être interrogés.

Membres de la Navy Sri-lankaise enlevant les débris laissés par l'incendie à bord du porte-conteneurs MV X-Press Pearl au large de Cobombo, 31 mai 2021
Membres de la Navy Sri-lankaise enlevant les débris laissés par l'incendie à bord du porte-conteneurs MV X-Press Pearl au large de Cobombo, 31 mai 2021
Crédit : LAKRUWAN WANNIARACHCHI / AFP
Céline Morin
Journaliste

Depuis le 20 mai dernier, un incendie s’est déclaré sur le porte-conteneurs MV X-Press Pearl devant le port de Colombo. L’incident ayant d’ores et déjà provoqué l’une des plus importantes pollutions marines de l’histoire du pays, le Sri Lanka annonce le 30 mai vouloir attaquer l’armateur du navire en justice. 

Le feu intense, contenu depuis le 30 mai à l'arrière du navire de 186 mètres, a détruit une grande partie de sa cargaison de 1.500 conteneurs, mais huit d'entre eux sont tombés dans l'Océan indien. Les millions de granulés de polyéthylène issus de ces huit conteneurs ont recouvert les plages des alentours, obligeants à interdire la pêche dans une zone de 80 km et laissant craindre des ravages écologiques. 

L’incendie sur le navire est désormais maitrisé, bien qu’il ait fragilisé la structure en elle-même. Nishantha Ulugetenne, vice-amiral du porte-conteneurs, admet qu’il faudra "quelques jours de plus pour éteindre l'incendie complètement". Même s’il exclut les risques que le bateau se brise, laissant par la même occasion se déverser dans l’océan son combustible ainsi que les restes du chargement qui n’ont pas encore brûlé. 

L'équipage interrogé

Selon les autorités, la cause de l’incendie qui a débuté le 20 mai serait une fuite d’acide nitrique. Fuite dont l’équipage aurait eu connaissance dès le 11 mai dernier, avant que le navire n’entre dans les eaux sri-lankaises. Afin d’en connaître les circonstances, tout l’équipage est interrogé depuis le 31 mai. "Les 25 membres de l'équipage ont terminé leur quarantaine", annonçait Ajith Rohana, un porte-parole de la police.

À lire aussi

"Nous avons interrogé trois membres de l'équipage jusqu'à présent", le capitaine et le chef mécanicien, tous deux Russes, ainsi que son second, un Indien, a indiqué un porte-parole de la police, en précisant que l'enquête se poursuivait.

"Certains marins ont aujourd'hui aidé la police locale dans ses enquêtes sur l'incendie et coopèrent avec les enquêteurs", a déclaré pour sa part le propriétaire du navire, X-Press Feeders, dans un communiqué. "Nous respecterons ce processus et nous ne nous exprimerons pas publiquement sur les détails opérationnels tant que l'enquête ne sera pas terminée", a-t-il ajouté.  

L'enquête criminelle a été ouverte suite à la plainte déposée par l'Autorité de protection de l'environnement marin (MEPA), qui évoquait une catastrophe environnementale "probablement la plus importante de notre histoire". Le MEPA avait d'ailleurs rencontrer le 30 mai le ministère de la Justice en vue d’élaborer une action en justice

Les propriétaires attaqués en justice

Dharshani Lahandapura, présidente du MEPA explique : "nous avons examiné les détails, et nous attaquerons en justice les responsables", à savoir les propriétaires du navire et son équipage. Ils entendent aussi réclamer des dommages et intérêts aux assureurs, même si l’estimation des dommages risque de prendre du temps.

Ajith Rohana explique encore avoir "également envoyé pour analyse des échantillons d'eau de mer polluée et des débris brûlés du bateau". Avant de marteler : "il n'est pas question que le navire soit remorqué hors des eaux sri-lankaises tant que les experts n'auront pas pu l'examiner".  

Alors que tous redoutent plus que jamais une marée noire qui pourrait provoquer des ravages encore plus importants, X-Press Feeders, propriétaire du bateau, rassure en affirmant que la coque reste intacte et que les réservoirs de carburant n’ont pas été touchés. Il n'y avait pas de flammes visibles à bord du navire à la mi-journée du 31 mai, mais de la fumée s'élevait de la section arrière, ont déclaré son exploitant et des responsables. Les pompiers travaillaient toujours sur le site, ont-ils ajouté, précisant que le navire était encore trop chaud pour être approché.

En mer depuis seulement trois mois, le MV X-Press Pearl arrivait d’Inde (Gujarat) et devait faire escale à Colombo avant de repartir vers Dubaï, le Qatar et Singapour. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/