2 min de lecture Pérou

Pérou : pourquoi le pays a-t-il eu 3 présidents en 10 jours ?

ÉCLAIRAGE - Une profonde crise politique secoue le pays : trois présidents se sont succédés depuis le 9 novembre.

Le président par intérim Francisco Sagasti, le 17 novembre.
Le président par intérim Francisco Sagasti, le 17 novembre. Crédit : PERUVIAN PRESIDENCY / AFP
Coline Daclin et AFP

Au Pérou, Francisco Sagasti est devenu officiellement mardi 17 novembre président par intérim du pays, le troisième en à peine plus d'une semaine. Une situation qui peut paraître étonnante, et qui est liée à une crise politique majeure dans le pays. En cause : une destitution du président par le Parlement, et des manifestants en colère.

Tout commence le lundi 9 novembre dernier. Le Parlement péruvien vote la destitution du président de centre-droit Martin Vizcarra, au pouvoir depuis mars 2018. Il évoque des soupçons de corruption lorsqu'il était gouverneur en 2014, mais aucune enquête de justice n'a été diligentée. Martin Vizcarra nie par ailleurs "catégoriquement" ces accusations de pots-de-vin. Il était très populaire au sein du pays, notamment pour sa lutte contre la corruption et son intransigeance à l'égard du Parlement, à l'inverse de ses prédécesseurs.

Un président par intérim contesté

Un président par intérim est nommé à sa place le 11 novembre : il s'agit du chef du Parlement, Manuel Merino. Il est également de centre-droit, mais est un opposant à l'ancien président. Il avait d'ailleurs déjà initié une procédure de destitution de Martin Vizcarra en septembre, qui n'avait pas aboutie. 

Le soir même, des milliers de manifestants, en majorité des jeunes, descendent alors dans la rue pour protester contre ce qu'ils considèrent être un "coup d'État" parlementaire. Les rassemblements se multiplient pendant plusieurs jours et la répression est violente. Samedi 14 novembre, deux jeunes protestataires de 22 et 24 ans décèdent dans des affrontements avec la police. Un autre est porté disparu et assure lorsqu'il réapparait mardi 17 novembre avoir été "séquestré" par le police. Des centaines de blessés sont aussi recensés. 

Prochaines élections en avril

À lire aussi
Le Machu Picchu s'élève à 2,430 mètres. Lieu touristique incontournable, c'est l'endroit le plus visité du Pérou. Il représente le point de rencontre entre le bassin amazonien et les Andes péruviennes. Un sanctuaire historique se trouve à son sommet. tourisme
Coronavirus au Pérou : le Machu Picchu rouvre pour un touriste bloqué

Face à la pression populaire, Manuel Merino décide donc dimanche 15 novembre de démissionner. "Je veux faire entendre à tout le pays que je présente ma démission", déclare-t-il à la télévision. Le Parlement doit donc choisir un nouveau président : ce sera Francisco Sagasti.

Lors de son discours d'investiture, le nouveau président par intérim a demandé "pardon [...] au nom de l'État" aux familles des deux manifestants tués. Lui semble plus consensuel que son prédécesseur : il n'avait pas voté pour la destitution de Martin Vizacarra. Sa mission désormais sera de permettre la tenue des élections présidentielle et législative le 11 avril prochain. Francisco Sagasti a promis qu'elles auraient lieu "sans contre-temps" et seront "absolument transparentes". 

Le nouveau président doit également gérer la crise sanitaire liée au coronavirus. Le Pérou compte en effet quelque 35.000 décès pour une population de 33 millions d'habitants. En France, on en compte 46.000 pour près de 67 millions d'habitants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pérou Politique Crise politique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants