1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Pakistan : accusé de blasphème, un malade mental lapidé à mort
1 min de lecture

Pakistan : accusé de blasphème, un malade mental lapidé à mort

Le malade mental lapidé, samedi, était accusé d'avoir brûlé des pages du Coran. Ce lynchage a été condamné par les autorités pakistanaises. Des dizaines de personnes ont été arrêtées.

Un garçon lisant le Coran (illustration).
Un garçon lisant le Coran (illustration).
Crédit : AFP / MAHMUD TURKIA
micro generique
La rédaction de RTL

Nouveau cas de violence liée au blasphème au Pakistan. Une foule en colère a lapidé, samedi soir, à mort un malade mental accusé d'avoir brûlé des pages du Coran dans un village reculé de la province du Pendjab, a annoncé dimanche 13 février Tahir Ashrafi, représentant spécial du Premier ministre pour l'harmonie religieuse.

"Qui pourrait justifier l'acte barbare consistant à lapider à mort un malade mental ?", a déploré Tahir Ashrafi lors d'une conférence de presse télévisée dans le district de Khanewal, où le lynchage a eu lieu. "La famille de cet homme dit qu'il était malade mental et que sa santé mentale était défaillante depuis 10 à 15 ans (...) Tuer des gens en fonction de votre propre interprétation de la religion, cela n'est pas la religion de mon prophète."

Des dizaines de personnes ont été arrêtées à la suite de ce lynchage. Le Premier ministre Imran Khan a déclaré, via Twitter, que son gouvernement avait "une tolérance zéro pour quiconque fait sa propre loi", ajoutant que "les lynchages collectifs seront traités avec toute la sévérité prévue par la loi". Il a diligenté une enquête portant notamment sur la police "qui a manqué à son devoir".

Des minorités prises pour cible

Au Pakistan, la moindre suggestion d'une insulte à l'islam peut provoquer un lynchage. Les groupes de défense des droits civils expliquent que les accusations de blasphème sont souvent brandies pour régler des comptes personnels et que les minorités sont souvent prises pour cible.

À écouter aussi

Ce nouveau meurtre est survenu environ deux mois après l'assassinat d'un directeur d'usine srilankais également accusé de blasphème, qui a été battu à mort et brûlé par une foule dans la ville de Sialkot, également au Pendjab. En avril 2017, une foule en colère avait tué un étudiant, Mashal Khan, accusé d'avoir publié des contenus blasphématoires en ligne. Et 2014, un couple de chrétiens avait été brûlé dans un four au Pendjab, après avoir été faussement accusé de profaner le Coran.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.