1 min de lecture International

L'OTAN est-elle toujours utile ?

INVITÉ RTL - C'est un sommet de l'OTAN sous tension qui se tient ce mardi 3 décembre à Londres, alors que Trump a décrit l'organisation comme "obsolète" et Macron "en état de mort cérébrale". Une situation qu'a tenté de décrypter Pierre Servent, expert militaire.

Yves Calvi 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
OTAN : l'organisation est-elle toujours utile ? Crédit Image : Aris Oikonomou / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
La rédaction de RTL édité par Maeliss Innocenti

En décrivant l'OTAN comme étant "en état de mort cérébrale", se confrontant notamment à une divergence d'opinion d'Angela Merkel, Emmanuel Macron a lancé le sommet qui se tient à Londres ce mardi 3 décembre, sur une question centrale : l'OTAN a-t-elle encore une raison d'exister ?

Pour Pierre Servent, expert militaire, la réponse à cette question n'est pas si simple car il faut d'abord avoir conscience que l'OTAN est composée d'une structure politique, qui est "défaillante" selon lui, et d'un outil militaire "opérationnel qui fonctionne".

Créée il y a 70 ans pour écraser l'Union soviétique, l'OTAN a, après la chute du bloc, opéré au Kosovo, en Afghanistan, en Libye… Mais aujourd'hui, qui est l'ennemi ? Sur le papier, il n'y en n'a pas vraiment. Ou du moins pas un seul, et pas forcément le même pour tout le monde. C'est bien là que le bât blesse.

Et si l'ennemi commun c'était le jihadisme ?

L'Allemagne conçoit l'OTAN comme une garantie face à une Russie menaçante. La Pologne et l'Estonie, qui s'est engagée aux côtés de la France au Sahel, craignent aussi Poutine, principalement "en raison des souvenirs du passé" d'après Pierre Servent. 

À lire aussi
Les autorités kazakhes ont réintroduit la semaine dernière des mesures de confinement maladie
Kazakhstan : les rumeurs sur un nouveau virus mortel démenties

L'ennemi commun ne pourrait-il tout simplement pas être le terrorisme jihadiste ? Pierre Servent pense que ce n'est "pas forcément à l'OTAN de se charger" de cette lutte, mais bien à un "pilier européen", qui doit se renforcer pour combattre le jihadisme, que ce soit dans les pays du Sahel ou ailleurs.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Sommet de l'OTAN Diplomatie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants