2 min de lecture États-Unis

Nucléaire iranien : en sortant de l'accord, Trump choisit la version dure contre Téhéran

Donald Trump a annoncé le retrait pur et simple des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien avec un retour de toutes les sanctions, une position dure limitant les marges de manœuvre des Européens.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
Nucléaire iranien : en sortant de l'accord, Trump choisit la version dure contre Téhéran Crédit Image : AFP / SAUL LOEB | Crédit Média : Philippe Corbé | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
et Loïc Farge

Ce n'est pas une surprise. Donald Trump l'avait dit et redit avec les mêmes mots depuis la signature en juillet 2015, au tout début de sa campagne. Il considère que cet accord est le plus mauvais jamais signé par les États-Unis. Il est soutenu d'ailleurs par la droite américaine, qui considère que l'Iran reste l'ennemi le plus menaçant.

Il ne faut d'ailleurs pas minimiser le souvenir humiliant ici aux États-Unis : la prise d'otages des diplomates américains entre 1979 et 1981, puis la mort de 241 Marines en 1983 à Beyrouth dans une attaque du Hezbollah pro-iranien. La droite américaine considère aussi que le régime de Téhéran menace la survie d'Israël.

Donald Trump, une fois de plus, après l'Accord climat et d'autres décisions intérieures, s'applique à détricoter ce qu'a fait Barack Obama et, dans le cas de l'accord iranien, à piétiner ce pari historique fait par son prédécesseur. 

Tout cela, au fond, on s'y attendait. Il respecte sa promesse électorale. Personne ne devrait être étonné. Mais ce qu'il a annoncé mardi 8 mai va bien au-delà. Il ne dit pas seulement que l'accord est mauvais. Il affirme que l'Iran ment et bafoue l'accord en poursuivant un programme nucléaire en secret.

Accusation très grave envers l'Iran

À lire aussi
LETTRE-AMERIQUE_POP_795x530 RTL Originals
Une lettre d'Amérique : pour comprendre Trump, il faut lire "l'Art du deal"

C'est une accusation très grave. À l'entendre, ce n'est pas lui qui déchire l'accord, mais l'Iran qui s'est soustrait à ses obligations. Son administration, depuis des mois, est pourtant bien obligée de reconnaître que jusqu'à présent, a priori, l'Iran respecte ses engagements. Il n'y a aucune preuve du contraire.

Le ministre des Affaires étrangères de Trump le disait encore il y a quelques jours, et les services de renseignement, il y a quelques heures : il n'y a aucune preuve que l'Iran ne respecte pas l'accord. Mais là le président américain dit le contraire. Il dit qu'il détient des preuves que l'Iran poursuit son programme nucléaire.

Des preuves présentées la semaine dernière par le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, dans un spectacle télévisé, en anglais, qui s'adressait à un téléspectateur, c'est-à-dire Donald Trump.

Les experts et diplomates américains savent qu'il n'y a rien de nouveau dans ce qu’avançait Netanyahu. Oui l'Iran a menti, mais c'était avant l’accord. Pour l'instant, Téhéran tient ses promesses de 2015.

Washington met la pression sur ses alliés

Il y avait tout un champ de possibilités en cas de sortie de l'accord. Et finalement, Donald Trump a choisi la version dure. Les Européens espéraient que les Américains prendraient leur temps et ne rétabliraient pas immédiatement toutes les sanctions. Ce qui aurait laissé une petite chance à une éventuelle négociation.

Non là Trump établit tout de suite le plus haut niveau de sanctions économiques. Cela veut dire que des entreprises européennes qui ont investi en Iran seront punies si elles poursuivent leurs échanges.

Washington met la pression sur Paris, Londres et Berlin, pour leur demander de choisir. Soit ils suivent l'Amérique, soit ils essayent de sauver l'accord. Mais dans ce cas, il sanctionnera ses alliés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Donald Trump Iran
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants