2 min de lecture Nigeria

Nigeria : 49 morts dans une double explosion dans un marché

L'attaque a fait 49 morts et 71 blessés jeudi après-midi dans le marché central de Gombe dans le nord-est du Nigeria. Elle n'a pas encore été revendiquée même si Boko Haram est soupçonné.

Une voiture de police au Nigeria (photo d'illustration)
Une voiture de police au Nigeria (photo d'illustration) Crédit : AMINU ABUBAKAR / AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
et AFP

"Scène de chaos", "personnes gisant sans vie sur le sol". Le Nigeria a été une nouvelle fois le théâtre d'une attaque mortelle. Jeudi 16 juillet, une double explosion a fait 49 morts et 71 blessés dans le marché central de Gombe, la capitale de l'Etat du même nom, dans le nord-est du pays. La première explosion a retenti vers 17h20 (16h20 GMT) devant une boutique de chaussures remplie de clients venus faire leurs courses en vue de la fête de l'Aïd, et la seconde à peine deux minutes plus tard, à proximité immédiate, selon Badamasi Amin, un marchand qui a aidé à transporter des cadavres sur les lieux. 

"Nous avons conduit les victimes dans deux hôpitaux : l'hôpital fédéral et l'hôpital d'État. Au second, nous avons 35 morts et 50 blessés, et au premier, nous avons 14 morts et 21 blessés. Donc au total, nous avons 49 morts et 71 blessés", a déclaré un responsable des secours sous couvert d'anonymat, précisant que "les blessés sont dans un état critique", et que "certains pourraient ne pas survivre". 

On ignorait dans l'immédiat qui est à l'origine de ces explosions, mais un marché, un stade et la gare routière de la ville ont déjà été le théâtre d'attentats à la bombe et d'attentats-suicides ces derniers mois, et le groupe islamiste Boko Haram avait revendiqué en février une attaque à Gombe, lors de laquelle des centaines d'insurgés avaient envahi la ville pendant quelques heures, tirant à l'arme lourde. 

De nombreuses femmes et des enfants parmi les victimes

"J'étais à environ 70 mètres de là, je parlais avec un ami qui était venu me voir quand la première bombe a explosé devant un magasin de chaussures. Il y avait beaucoup de monde (dans le marché) à ce moment-là", a rapporté Badamasi Amin. "Je me suis précipité, avec plein d'autres personnes, pour aider les victimes. Nous essayions d'aider les blessés quand il y a eu une autre explosion devant une boutique de porcelaine, juste en face du magasin de chaussures, a-t-il poursuivi. De nombreuses personnes ont été tuées et il y a eu de nombreux blessés". 

Ce que j'ai vu était une scène de chaos : il y avait des personnes gisant sans vie au sol, et d'autres qui souffraient de blessures

Ali Nasiru, un marchand témoin
Partager la citation
À lire aussi
Carte du Nigeria international
Nigeria : plus de 300 enfants violés et torturés dans une école coranique

Ali Nasiru, un autre marchand qui se trouvait dans une allée parallèle à celle de la double explosion, a expliqué s'être rendu sur les lieux juste après les détonations. "Ce que j'ai vu était une scène de chaos : il y avait des personnes gisant sans vie au sol, et d'autres qui souffraient de blessures", a-t-il décrit. Selon le responsable des secours, "de nombreuses femmes et des enfants font partie des victimes. Le lieu de l'explosion était bondé". 

Gombe se trouve au sud des États de Borno, Yobe et Adamawa, les plus durement touchés par l'insurrection de Boko Haram, qui a fait plus de 15.000 morts au Nigeria depuis six ans. Le nouveau président nigérian Muhammadu Buhari a promis de faire de la lutte contre le groupe islamiste sa priorité. Mais depuis sa prise de fonctions le 29 mai, son pays est en proie à une vague d'attaques des islamistes qui a déjà fait plus de 660 victimes, selon un décompte de l'AFP. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Nigeria Attentat Explosion
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants