2 min de lecture Algérie

Nicolas Sarkozy soulève un tollé après ses déclarations sur l'Algérie

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra a dénoncé les déclarations tenues par l'ex-président français.

Nicolas Sarkozy le 20 juillet 2015 en Tunisie.
Nicolas Sarkozy le 20 juillet 2015 en Tunisie. Crédit : FETHI BELAID / AFP
Yannick Sanchez
et AFP

Une sortie "malvenue" qui fait rejaillir l'idée d'une "pensée coloniale". Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a peu goûté les déclarations tenues sur l'Algérie par l'ex-président français Nicolas Sarkozy en marge d'une réunion préparatoire à la conférence sur le climat COP21. À Tunis où il se trouvait lundi, le chef du parti Les Républicains a déclaré aux Tunisiens qu'ils n'avaient "pas choisi (leur) emplacement" géographique entre l'Algérie, qui a souffert de l'intégrisme dans les années 1990, et la Libye, actuellement en proie au chaos. 

Le "langage voyou" de Nicolas Sarkozy

Les déclarations de l'actuel chef des Républicains ont provoqué une levée de boucliers en Algérie. La presse a estimé que la relation entre la France et l'Algérie, apaisée depuis trois ans, serait de nouveau conflictuelle si l'ancien président revenait au pouvoir. Dans l'un des quotidiens les plus lus du pays, El Watan, l'ancien chef de l'État est présenté comme celui qui n'a "jamais œuvré pour l'établissement d'une relation apaisée entre l'Algérie et la France", jaloux des "prouesses de son successeur à l'Élysée". Le quotidien Liberté tiré à plus de 100.000 exemplaires estime que le ton de l'ex-chef de l'État se "rapproche plus d’un langage voyou que d’une simple digression, en ce sens que l’auteur use, dans son laïus, d’une raillerie qui ne passe pas". 
Le Quotidien d'Oran, lui, se demande s'il faut "s'offusquer" ou "ignorer" l'ancien chef de l'État français qui est, selon lui, "coutumier des dérapages contrôlés et des déclarations incendiaires" et qui "ne porte pas l'Algérie dans son cœur". Le journal arabophone El Khabar dénonce aussi une "provocation" et des "propos étranges". Quant à la puissante Organisation nationale des moudjahidine (ONM, anciens combattants de la guerre d'indépendance), elle a jugé que les propos de Nicolas Sarkozy étaient "une nouvelle marque de haine qui s'ajoute à la rancœur de cet homme contre l'Algérie".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Algérie Tunisie Nicolas Sarkozy
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants