2 min de lecture États-Unis

La Russie essaye-t-elle d'aider Trump à gagner la présidentielle ?

Donald Trump a limogé le chef du renseignement après un briefing à des parlementaires qui assure que la Russie interférerait dans l'élection de novembre.

Donald Trump, le 11 février 2020
Donald Trump, le 11 février 2020 Crédit : MARK WILSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

La Russie s'invite dans la présidentielle 2020. Moscou s'activerait en effet en coulisses pour faire réélire Donald Trump en novembre prochain, ont assuré des responsables du renseignement américain lors d'un briefing à des parlementaires. 

Rendu furieux par cette audition, Donald Trump a limogé sur le champ le chef du renseignement Joe Maguire, et l'a remplacé par un de ses fidèles. Selon le New York Times et le Washington Post, le président aurait laissé exploser sa colère en apprenant la présence à ce briefing d'Adam Schiff, le démocrate qui a dirigé l'enquête parlementaire à l'origine de sa procédure de destitution. 

Selon ces mêmes journaux, au cours de cette audition datée du 13 février, une conseillère de Joe Maguire, Shelby Pierson, aurait dit aux élus que la Russie était de nouveau en train d'interférer dans les élections américaines pour promouvoir la candidature de Donald Trump. 

Une "menace d'ingérence étrangère"

Le président s'en serait alors ensuite pris à Joe Maguire lors d'une rencontre dans le Bureau ovale, en le fustigeant pour le "manque de loyauté" de son personnel. Ce qui aurait été le "catalyseur" de la mise à l'écart de Joe Maguire, d'après le Washington Post.

À lire aussi
Aux États-Unis, les Américains noirs sont le plus durement touchés par l'épidémie de coronavirus. épidémie
Coronavirus aux États-Unis : pourquoi la population noire est-elle la plus touchée ?

Les démocrates n'ont pas tardé à réagir à cette nouvelle "menace d'ingérence" de la part de Moscou. "Si les informations sont vraies et que le président interfère avec cela, alors il est de nouveau en train de mettre en péril nos efforts visant à arrêter toute ingérence étrangère. Exactement comme nous avions prévenu qu'il le ferait", a réagi Adam Schiff dans la soirée sur Twitter.

"Le président est dans le déni concernant l'ingérence étrangère dans les élections depuis trois ans parce que son ego ne peut pas accepter que la Russie soit intervenue en sa faveur", a de son côté dénoncé le démocrate Bennie Thompson, président de la commission sur la Sécurité intérieure à la Chambre des représentants.

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, Donald Trump a fréquemment ignoré l'avis de son ancien chef des services de renseignement, Dan Coats, et l'a tenu à l'écart de certains dossiers, notamment des relations avec la Russie.

Moscou dénonce de la "paranoïa"

"Cela n'a rien à voir avec la vérité", a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, dénonçant "de nouveaux messages paranoïaques qui seront malheureusement de plus en plus fréquents à fur et à mesure que les élections approchent" aux Etats-Unis. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Présidentielle américaine Russie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants