2 min de lecture Mali

Mali : un médecin militaire français tué lors d'une opération contre des groupes "terroristes"

Un médecin militaire français a été tué ce mardi 2 avril au Mali à la suite "du déclenchement d'un engin explosif improvisé" au passage de son véhicule blindé. Un décès intervenu lors d'une opération de lutte "contre les groupes armés terroristes".

Un médecin militaire français a été tué mardi au Mali à la suite "du déclenchement d'un engin explosif improvisé" au passage de son véhicule blindé, lors d'une opération de lutte "contre les groupes armés terroristes.
Un médecin militaire français a été tué mardi au Mali à la suite "du déclenchement d'un engin explosif improvisé" au passage de son véhicule blindé, lors d'une opération de lutte "contre les groupes armés terroristes. Crédit : DAPHNÉ BENOIT / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini
et AFP

Un médecin militaire français a été tué ce mardi  2 avril au Mali à la suite "du déclenchement d'un engin explosif improvisé" au passage de son véhicule blindé. Un décès survenu lors d'une opération de lutte "contre les groupes armés terroristes" selon la présidence française et l'état-major des Armées. 

Le capitaine Marc Laycuras, qui relevait de la 120e antenne médicale basée au Mans (ouest) et engagée au côté du 2ème Régiment d'infanterie de marine (2e RIMa), était en opérations dans la région du Gourma, frontalière du Burkina Faso. C'est ce qu'a annoncé le porte-parole de l'état-major des Armées françaises, le colonel Patrik Steiger. L'officier est le 24e militaire français décédé au Mali depuis l'intervention française Serval en 2013 dans ce pays, suivie de l'opération antiterroriste Barkhane élargie à cinq pays du Sahel en 2014. 

"Il y a eu une détonation au passage d'un VAB (Véhicule de l'Avant Blindé). Deux militaires blessés ont immédiatement été pris en charge et transférés par un hélicoptère Caïman" vers Gossi, à 150 km à l'ouest de Gao (nord) où se situe le QG de la force française Barkhane au Mali, a-t-il ajouté. Le capitaine Laycuras, grièvement blessé, a succombé à ses blessures. L'état de l'autre militaire n'inspire en revanche "pas d'inquiétude", a précisé le colonel. 

Emmanuel Macron a fait part de sa "très grande tristesse"

"Aucun ennemi, aucune présence particulière n'ont été décelés" dans le secteur au moment de l'explosion, a-t-il également relevé, sans plus de précisions. Le président Emmanuel Macron a fait part de sa "très grande tristesse" et rappelé "l'entier soutien de la France au Mali et à la force des Nations unies pour la mise en oeuvre de l'accord de paix" de 2015. 
"Le décès du médecin capitaine Marc Laycuras nous rappelle chaque jour le dévouement inlassable des femmes et des hommes du service de santé des armées sur tous les théâtres d'opérations", a ajouté la ministre des Armées Florence Parly dans un communiqué.
     
L'armée française mène depuis un an et demi, avec la force antijihadiste Barkhane, une série d'opérations militaires dans le Liptako, dans le nord-est du Mali, et étend désormais son action de l'autre côté du fleuve Niger, dans la zone adjacente du Gourma, frontalière du Burkina Faso. Le Gourma est "réputé être une zone sanctuaire" pour plusieurs groupes armés, implantés notamment dans les forêts et à la frontière avec le nord du Burkina Faso. 

Depuis 2015, les violences se sont propagées du nord au centre du pays

À lire aussi
Des soldats français de l'opération Barkhane au Mali, le 2 janvier 2015. intervention française au Mali
Mali : plus de 30 jihadistes "mis hors de combat" par l’état-major français

Le nord du Mali est tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes, en grande partie dispersés par l'intervention militaire lancée en janvier 2013 à l'initiative de la France. Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU, malgré la signature en 2015 d'un accord de paix censé isoler définitivement les jihadistes, dont l'application accumule les retards. 

Depuis 2015, les violences se sont propagées du nord au centre du pays, beaucoup plus densément peuplé, où elles se mêlent très souvent à des conflits intercommunautaires. Une tuerie imputée à des chasseurs dogons se présentant comme un "groupe d'autodéfense" antijihadiste a ainsi fait quelque 160 morts le 23 mars dans le village peul d'Ogossagou, près de la frontière burkinabè. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mali Armée Décès
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants