1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Lutte contre le terrorisme : Theresa May prête à restreindre les libertés
2 min de lecture

Lutte contre le terrorisme : Theresa May prête à restreindre les libertés

En pleine campagne pour les élections législatives, la Première ministre britannique a tenu à afficher sa fermeté après les récents attentats ayant frappé le Royaume-Uni.

La Première ministre britannique Theresa May, le 5 juin 2017.
La Première ministre britannique Theresa May, le 5 juin 2017.
Crédit : Ian Georgeson/Shutterst/SIPA
Léa Stassinet

Fragilisée dans les sondages, Theresa May riposte. Alors que son parti (le parti conservateur, ndlr) pourrait perdre la majorité absolue à la Chambre des communes, la Première ministre britannique est sous le feu des critiques après les récents attentats survenus outre-Manche. Son principal opposant aux prochaines élections législatives, prévues le 8 juin, Jeremy Crobyn, réclame même sa démission. Après l'attentat de Londres qui a causé la mort de 8 personnes dont 3 Français, le leader travailliste a demandé à ce qu'elle laisse sa place, en raison des coupes d'effectifs de policiers opérées par Theresa May lorsqu'elle était ministre de l'Intérieur, entre 2010 et 2016. 

C'est lors d'une interview donnée à ITV News qu'il a expliqué son choix de soutenir les appels à la démission de la Première ministre : "Il y a eu des appels lancés par beaucoup de gens responsables qui sont très inquiets qu'elle ait été au ministère de l'Intérieur pendant tout ce temps et ait décidé ces réductions dans les effectifs policiers". L'opposition reproche en effet à Theresa May d'avoir réduit de 14% les effectifs des forces de l'ordre. Le parti europhobe Ukip l'a même accusée d'être "en partie responsable" de l'attentat de Manchester

Mais la Première ministre n'a pas tardé à riposter. En meeting le 6 juin Theresa May a notamment expliqué que les lois de défense des droits l'Homme empêchent les autorités, selon elle, de lutter efficacement contre le terrorisme. Elle dénonçait par exemple le fait qu'il n'est actuellement pas possible de restreindre les libertés de personnes surveillées mais qui n'ont rien fait de suffisant pour être arrêtées. "Si les lois de défense des droits de l'Homme nous empêchent de le faire, nous changerons ces lois pour pouvoir le faire", a-t-elle déclaré. 

Selon le Guardian, de nouvelles mesures pourraient voir le jour. Elles impliqueraient la mise en place de nouveaux couvre-feux, de contrôles sur les déplacements de terroristes potentiels, de restrictions d'association avec d'autres extrémistes connus. Elles pourraient également viser à limiter l'accès aux moyens de communication. Autre piste envisagée par la Première ministre britannique : prolonger la période pendant laquelle une personne suspectée de terrorisme peut être détenue sans procès. Actuellement, ce délai est fixé à 14 jours. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.