4 min de lecture Syrie

La tragédie d'Alep, indignation et ignominie

La destruction de la ville syrienne par les bombardements du régime et de l'armée russe suscite l'indignation de la presse internationale.

BEGOT 245300 La Revue de Presse Amandine Begot
>
La tragédie d'Alep, indignation et ignominie Crédit Image : George OURFALIAN / AFP | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

"Nous sommes encerclés de toute part, plus rien ne peut nous sauver, la mort tombe du ciel. Souvenez-vous qu'il existait une ville appelée Alep et que le monde l'a effacée de la carte et de l'histoire." Ce message, c'est celui laissé sur les réseaux sociaux par Abou Jaafar, médecin légiste à Alep. Il est notamment repris ce matin par Libération, qui a choisi de ne rien mettre en une. Pas de photos de civils avec un bébé dans les bras comme en une du Monde, pas de photos d'une ville bombardée comme en une du Figaro, pas de longues files de civils marchant sous la pluie et dans les ruines comme en une du Financial Times. Non rien, une page blanche avec simplement ce titre : "Ci-gît Alep."

"Je ne suis jamais allé à Alep, écrit Johan Hufnagel dans son édito, mais aujourd'hui ce que je sais d'Alep s'appelle une ignominie." Le même mot dans l'éditorial du Monde. "L'ordre ignominieux vient de triompher à Alep", écrit le journal qui voit dans la chute d'Alep une terrible réminiscence : "Elle va être suivie d'une épuration politico-confessionnelle du type de celle observée en ex-Yougoslavie. Déjà on parle de regroupement pour les femmes et les enfants, de disparition de masse des hommes de moins de 40 ans. Alep aura été l'un des tombeaux du droit international, de l'ONU, du minimum de décence et d'humanité."

L'influence de la Russie s'étend

Ce qu'il faut lire aussi dans Le Monde de cet après-midi, c'est la tribune de l'historienne Marie Peltier. "La chute d'Alep, écrit-elle, c'est la victoire de la propagande complotiste, c'est un récit des événements falsifiés qui est en train de l'emporter, qui présente les opposants politiques syriens tantôt comme des islamistes, tantôt comme des agents de l'Occident, épousant cet imaginaire anti-système qui a désormais le vent en poupe depuis les États-Unis de Donald Trump jusqu'en Europe et en France". Dans L'Est Républicain, Alain Dusart parle de la politique de pacification par le néant de Bachar al-Assad avec ses alliés iraniens et russes. "Pendant ce temps, écrit-il, les fous de dieu de Daesh ont repris Palmyre, Bachar al-Assad devrait se laisser pousser la moustache car il a chaque matin une bonne occasion de se la friser avec délectation."

À lire aussi
Yasmine, 4 ans, a retrouvé sa mère en Belgique Belgique
Belgique : après 18 mois en Syrie, Yasmine 4 ans, a retrouvé sa mère

Dans la presse aussi ce matin, l'administration Trump prend forme. Trombinoscope en une des Échos. "L'équipe hors norme qui va gouverner l'Amérique", titre le journal. Trump a peaufiné un exécutif à son image, iconoclaste et quasi vierge de toute expérience de gouvernement. Des Républicains pur jus, des alliés de la première heure, des grands patrons et des banquiers, le futur gouvernement est comme le milliardaire : masculin blanc et fortuné. Et polémique avec la nomination hier du PDG d'ExxonMobil Rex Tillerson au département d'État. Ses liens avec la Russie suscitent des inquiétudes même chez les Républicains, au moment même où Moscou est soupçonné d'avoir cherché à interférer dans les élections. La Russie et Vladimir Poutine en une de L'Express cette semaine : "L'empire contre attaque", titre l'hebdomadaire.

Le phénomène des "cousinades"

Et ça devrait nous inquiéter aussi de ce coté-ci de l'Atlantique, c'est la une de L'Opinion ce matin, "cybermenace sur la présidentielle". Les autorités françaises craignent que des hackers cherchent à influer sur le cours de la campagne, en volant des données comme des listes d'adhérents ou en lançant des campagnes de dénigrement. Une réunion de sensibilisation a même été organisée avec les responsables du numérique des partis politiques. Mais la menace ne semble pour l'instant pas prise au sérieux par les hommes politiques. Sauf que comme les États-Unis, la France est dans le viseur de la Russie, en raison de son soutien à la politique européenne de sanction. Autre risque, la publication par WikiLeaks de documents personnels subtilisés à certains candidats, François Hollande étant un ennemi de l'organisation pour avoir refusé l'asile à Julian Assange.

Une histoire de cousin à présent. C'est Le Chasseur Français du mois de décembre qui consacre une grande enquête à un véritable phénomène de société, "les cousinades". Les grandes retrouvailles familiales reviennent paraît-il au goût du jour sous la forme de cousinade, ces grandes réunions où se rassemblent les descendants d'un couple souche. "Les cousinades, explique le magazine, sont une occasion plus conviviale de rassembler tous les membres d'une même famille qui ne se voient qu'aux enterrements." Alors attention ce n'est pas une simple réunion de famille, on parle de la cousinade telle qu'elle est définie dans le Larousse depuis 2013 : "Réunion de familles à laquelle sont conviés  tous les cousins quel que soit leur degré de parenté." Elles peuvent rassembler jusqu'à 200 personnes, en général il y a un an de préparatif, un peu comme pour un mariage. Le phénomène n'échappe pas au marketing, ainsi l'office du tourisme du Berry fournit désormais une liste des gîtes et domaines parfaits pour accueillir une cousinade, une marque de beurre a elle lancé un concours pour offrir l'organisation d'une cousinade.

La guerre des étoiles

Et puis parfois les cousins se marient. C'est ce que vous appendrez en lisant les pages éco du Figaro et L'Opinion qui titre en une : "Les deux cousines RTL et M6 se marient". La chaîne M6 vient d'entrer en négociation exclusive avec RTL Groupe pour en acquérir le pôle radio, c'est-à-dire nous, RTL mais aussi RTL 2 et Fun Radio. "Une opération qui devrait secouer le secteur", prédit L'Opinion.

Que la force soit avec nous ! Et là on parle d'un autre empire et d'une autre guerre, en une de 20 Minutes ce matin, ironie de l'actualité, la guerre des étoiles, c'est aujourd'hui que sort au cinéma un nouveau volet de la saga Star Wars. "Pour le meilleur et pour l'empire", titre le journal qui est dithyrambique sur ce "Rogue One : a Star Wars Story" : mise en scène époustouflante, un méchant effrayant, des rebelles idéaux, et puis grande première, jamais auparavant la saga n’avait connu de film unique, c'est-à-dire qu'il n'y aura pas de suite. La guerre, c'est tellement mieux au cinéma.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Alep Moyen-orient
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786271091
La tragédie d'Alep, indignation et ignominie
La tragédie d'Alep, indignation et ignominie
La destruction de la ville syrienne par les bombardements du régime et de l'armée russe suscite l'indignation de la presse internationale.
https://www.rtl.fr/actu/international/la-tragedie-d-alep-indignation-et-ignominie-7786271091
2016-12-14 09:44:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/xu2El3jVq44iXMKg5fh-RQ/330v220-2/online/image/2016/1213/7786263439_un-quartier-d-alep-est-completement-detruit-le-13-decembre-2016.jpg