1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. La gomme arabique, ce produit miracle à l'origine du Coca-Cola
3 min de lecture

La gomme arabique, ce produit miracle à l'origine du Coca-Cola

"Courrier International" revient sur l'histoire de la gomme arabique. Originaire du Soudan, elle est devenue un produit indispensable pour l'industrie mondiale.

Des bouteilles de la marque Coca-Cola (illustration)
Des bouteilles de la marque Coca-Cola (illustration)
Crédit : DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
La gomme arabique, ce produit miracle à l'origine du Coca-Cola
03:23
La gomme arabique, ce produit miracle à l'origine du Coca-Cola
03:23
Isabelle Choquet - édité par Lison Bourgeois

On sait tous que la gomme arabique colle, mais pas seulement. C’est en fait un ingrédient essentiel pour l’industrie mondiale. Et pourtant, les paysans du Soudan ne tirent pas beaucoup de profit de cette ressource en or. C'est ce que l'on apprend cette semaine dans Courrier International. 

À l'origine, la gomme arabique est de la sève d’acacia exportée depuis les ports d'Alexandrie ou Jeddah. C'est donc un produit vieux comme le monde. Les Égyptiens l’utilisaient d'ailleurs déjà pour la peinture des hiéroglyphes ou l’embaumement des momies. Au Moyen Âge, elle a beaucoup servi aux apothicaires, en Europe, puis au 19ème on l’a utilisé pour les imprimés textiles. 

Aujourd’hui, elle est indispensable à tous les étages de l’industrie. En effet, c’est à la fois un agent épaississant, un stabilisant et un émulsifiant. Du coup, on la trouve dans les bonbons et les boissons, car elle empêche le sucre de cristalliser. 

Il n’existe aucun ingrédient comparable. Rien ne peut la remplacer

Un exportateur soudanais.

C’est grâce à elle que les chocolats ne graissent pas les doigts, que le sel reste collé sur les chips et que les bières moussent. Mais elle sert aussi à produire des médicaments, des cosmétiques, de la peinture ou des adhésifs. Et même les cigares de la Havane. “Il n’existe aucun ingrédient comparable", dit un exportateur soudanais. "Rien ne peut la remplacer. Des gens ont cherché, en vain”. En effet, en 1997, les Etats-Unis ont imposé des sanctions au Soudan mais la gomme arabique a été épargnée. “Tout le monde sait pourquoi” dit l’exportateur. Eh oui, car la gomme arabique c'est un ingrédient du fameux Coca-Cola.

Même quand les prix augmentent au niveau mondial, ce n’est pas répercuté au plan local

Mounir Elyas, responsable de l’institut de recherche sur la gomme arabique à l’université locale.
À lire aussi

Dans le Kordofan, dans le Sud du Soudan, cette gomme est la principale source de revenus des paysans. Elle coule en boule dorée sur les troncs d’acacia. Et tout le village participe à la récolte depuis des générations : les femmes et les enfants. Ensuite, une poignée d’acheteurs font le tour des villages. Ils paient en partie en nature, avec de la farine, du sucre, des médicaments parfois. Un système qui ne profite pas aux producteurs. “Même quand les prix augmentent au niveau mondial, ce n’est pas répercuté au plan local”, c’est ce que dit Mounir Elyas, responsable de l’institut de recherche sur la gomme arabique à l’université locale. 

En fait, les producteurs soudanais récupèrent tout juste 4% à 5% du produit fini. Ce sont surtout les entreprises étrangères qui captent les profits, pace que ce sont elles qui transforment la gomme brute. Le premier conglomérat du pays, le groupe DAL, a commencé à traiter de petites quantités de sève d'acacia dans son usine de Khartoum. Mais on est encore loin du compte. 

Différentes utilisations existent de la gomme arabique

En attendant, des entreprises soudanaises commencent à vendre la gomme arabique comme un super aliment qui aiderait à renforcer le système immunitaire. Une sorte de passerelle entre les rites ancestraux et la modernité. Dans les villages, on a toujours utilisé la sève d’acacia pour soigner les petits maux du quotidien. “On en boit le matin mélangée à de l’eau, ça nettoie l’estomac et ça prépare pour la journée” dit un paysan.

Mounir Elyas se souvient même d’une autre utilisation, plus ésotérique. Enfant, il a appris le coran en l’écrivant avec un mélange de charbon et de gomme sur des tablettes en bois . “Ensuite, dit-il, on les rinçait à l'eau et on la buvait. On dit que c’est une façon de se pénétrer de la sagesse du Coran et d’être protégé”. 

"La gomme arabique, moisson dorée du Soudan"… Article à lire cette semaine dans Courrier International.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/