2 min de lecture Matteo Renzi

Italie : Matteo Renzi a présenté sa démission après la victoire du "non" au référendum

Les Italiens ont massivement rejeté le référendum pour une réforme constitutionnelle dimanche 4 décembre.

Matteo Renzi a annoncé sa démission depuis le palais Chigi dimanche 4 décembre 2016.
Matteo Renzi a annoncé sa démission depuis le palais Chigi dimanche 4 décembre 2016. Crédit : ANDREAS SOLARO / AFP
Geoffroy Lang
Geoffroy Lang
et AFP

Les Italiens ont rejeté massivement la réforme constitutionnelle portée par le chef du gouvernement Matteo Renzi, selon des sondages réalisés dimanche 4 décembre à la sortie des urnes. Le non réaliserait un score situé entre 54 et 58% contre 42 à 46 % pour le oui. Ce résultat, qui sonne comme un désaveu cinglant a conduit le chef du gouvernement italien a présenté sa démission peu après minuit.

"Mon expérience de chef de gouvernement s'arrête là", a déclaré Matteo Renzi lors d'une allocution télévisée après sa défaite au référendum sur la réforme constitutionnelle. Le chef du gouvernement italien a précisé qu'il remettrait sa démission au président italien Sergio Mattarella ce lundi, à l'issue d'un conseil des ministres. Matteo Renzi, 41 ans, arrivé au pouvoir en février 2014, avait indexé son avenir politique sur l'avenir de la réforme constitutionnelle qu'il défendait depuis plusieurs mois.


Une démission que Matteo Renzi est prié de repousser par le président italien. En effet Sergio Mattarella demande au chef du gouvernement ce lundi, de "surseoir sa démission" afin de permettre l'adoption du budget 2017 au Parlement, selon un communiqué de la présidence.

La zone euro redoute une nouvelle phase d'instabilité après le Brexit

La réforme de la constitution prévoyait de réduire les pouvoirs du Sénat, doté actuellement des mêmes pouvoirs que la Chambre des députés. En cas de victoire du "oui", le Sénat ne serait vu privé de sa capacité à voter de la confiance au gouvernement et où à se prononcer sur les lois constitutionnelles, la participation de l'Italie à l'Union européenne ou la protection des minorités linguistiques. Le Sénat serait également réduit de 315 membres, élus au scrutin universel, à 100 membres nommés. 

À lire aussi
assassinat
Meurtres au Vatican : un coupable idéal ?

Une large majorité de la classe politique, de la droite classique aux populistes du Mouvement 5 Etoiles (M5S) ou de la Ligue du Nord, en passant par tous les extrêmes et même des "frondeurs" du Parti démocrate (PD) de M. Renzi, appellait à voter "non" en dénonçant une trop forte concentration des pouvoirs dans les mains du chef du gouvernement. Les opposants à la réforme, comme les populistes du Mouvement 5 Étoiles et le parti Forza Italia de Silvio Berlusconi, comptaient également sur une victoire du non pour éjecter Matteo Renzi du pouvoir.

 Cette décision ouvre une période d'incertitudes, qui pourrait peser lundi à l'ouverture des marchés financiers. On y redoute, après le choc du Brexit et la montée des mouvements populistes, une nouvelle phase d'instabilité dans la troisième économie de la zone euro. Dès l'annonce de la démission du président du Conseil italien, l'euro a chuté à son niveau le plus bas depuis 20 mois face face au dollar, dans les premiers échanges sur les marchés asiatiques.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Matteo Renzi Italie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants