2 min de lecture Peine de mort

Iran : le jeune lutteur Navid Afkari exécuté malgré l'intervention de Trump et du CIO

Le lutteur de 27 ans avait été condamné à mort pour le meurtre d'un fonctionnaire, mais ses aveux auraient été extorqués sous la torture.

Des manifestations en Iran appelant à épargner la vie de Navid Afkari
Des manifestations en Iran appelant à épargner la vie de Navid Afkari Crédit : JUSTIN TALLIS / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

C'est une décision de la justice iranienne qui a secoué le monde olympique ce samedi 12 septembre. Le lutteur iranien, Navid Afkari, a été exécuté après avoir été condamné à mort pour "homicide volontaire" sur un fonctionnaire de la régie publique de l'eau à Chiraz (sud) le 2 août 2018. 

Ce jour-là, dans plusieurs villes d'Iran, des manifestations avaient eu lieu pour dénoncer la situation économique et sociale du pays. Et Navid Afkari a été interpellé pour la mort du fonctionnaire, poignardé, puis condamné à la peine capitale selon la "loi du Talion ("gesas" en Iran"), avant d'être exécuté ce samedi dans une prison de Chiraz. 

Cette peine dite de "rétribution" a été appliquée "face à l'insistance de la famille de la victime", a indiqué à la télévision étatique  le procureur général de la province de Fars, Kazem Mousavi.

Trump a essayé d'intervenir auprès des Iraniens

Dès l'annonce du verdict, plusieurs voix s'étaient élevées pour dénoncer des aveux extorqués sous la torture, selon des informations qui avaient afflué en Iran comme à l’étranger. L'agence de l'Autorité judiciaire Mizan online avait démenti début septembre ces accusations. Devant le tollé, Donald Trump lui-même était intervenu. 

À lire aussi
Jordan Bardella a évoqué la mise en place du RIC si le RN arrivait au pouvoir et le possible retour de la peine de mort, le mardi 15 septembre 2020. loi
Pourquoi le retour de la peine de mort par référendum est quasi impossible

Le président américain avait demandé à l'Iran d'"épargner" la vie d'une "grande star de la lutte (...) qui n'a fait que participer à une manifestation anti-gouvernement". Le président du CIO Thomas Bach en avait également personnellement appelé cette semaine au Guide suprême Ali Khamenei et au président de l'Iran Hassan Rohani dans des lettres, et "a demandé grâce pour Navid Afkari", tout en "respectant la souveraineté de la République islamique d'Iran". 

Mais les mobilisations n'ont pas infléchi la position des autorités locales, et le lutteur de 27 ans a été exécuté. "L'exécution du lutteur iranien Navid Afkari est une nouvelle très triste", a déploré le CIO samedi. Le Comité international olympique s'est dit "choqué" par l’événement. 

"Il est profondément regrettable que les appels des athlètes du monde entier, et tout le travail en coulisses du CIO, avec le Comité national olympique iranien, la Fédération internationale de lutte et la Fédération iranienne de lutte, n'aient pas atteint leur objectif", a regretté le CIO, dont les "pensées vont à la famille et aux amis" du lutteur exécuté samedi.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Peine de mort Iran Lutte
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants