2 min de lecture International

Iran : indignation après la brève arrestation de l'ambassadeur britannique

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell ou encore Paris et Berlin ont critiqué Téhéran après la brève interpellation samedi de l'ambassadeur britannique en Iran.

Manifestation étudiante à Téhéran après le crash du vol d'Ukraine International Airlines
Manifestation étudiante à Téhéran après le crash du vol d'Ukraine International Airlines Crédit : Atta KENARE / AFP
IMG_5140
Sarah Rozenbaum et AFP

La tension est encore montée d'un cran entre l'Iran et les pays occidentaux ce week-end. Ce samedi, l'ambassadeur britannique en Iran, Rob Macaire, a été arrêté. Un événement confirmé par le vice-ministre des Affaires étrangères iranien qui a indiqué dimanche que son pays l'avait brièvement arrêté, en tant qu'étranger suspecté d'avoir participé "à un rassemblement illégal", ajoutant l'avoir relâché après avoir eu confirmation de son identité.

Un événement qui a rapidement fait réagir plusieurs représentants européens, notamment le chef de la diplomatie de l'Union, Josep Borrell. Dans un tweet, il s'y exprime à la fois personnellement en se disant "très inquiet après la détention temporaire de l'ambassadeur britannique en Iran" et au nom de l'Union européenne en invoquant "le respect de la convention de Vienne" comme "une obligation". Il conclut ensuite en appelant à "la désescalade et à l'ouverture d'un espace pour la diplomatie".


L'ambassadeur britannique a quant à lui nié avoir pris part à la moindre manifestation contre les autorités iraniennes, raison invoquée pour son interpellation. Il a dit s'être rendu à "une veillée pour les victimes du crash de l'avion ukrainien et être parti très rapidement quand des "slogans" ont commencé à être lancés.

"Une violation flagrante de la législation internationale"

Le ministre des Affaires étrangères britannique, Dominic Raab a réagi à cette arrestation en déclarant qu'elle constituait "une violation flagrante de la législation internationale". Il a également estimé que l'Iran devait choisir entre "sa marche vers un statut de paria" ou "prendre des mesures pour la désescalade et pour s'engager sur le chemin diplomatique".

À lire aussi
Des personnes masquées pour se protéger du coronavirus (illustration) risque sanitaire
Coronavirus : quelle est la différence entre épidémie et pandémie ?

En réaction à ces tensions, une petite manifestation rassemblant entre 100 et 200 personnes a eu lieu devant l'ambassade de la Grande-Bretagne à Téhéran. Un drapeau britannique y a été brûlé.

Paris a appelé dans un communiqué les autorités iraniennes à respecter leurs "obligations prévues par le droit international" tandis que Berlin a condamné sur Twitter l'arrestation, qualifiée d'"infraction inacceptable au droit international".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Iran Grande-Bretagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants