2 min de lecture Crise politique

Irak : ils reprennent "Bella Ciao" en arabe pour protester contre le régime

Des Irakiens de Mossoul ont repris le chant "Bella Ciao" en arabe pour apporter leur soutien aux manifestants qui luttent dans la rue depuis début octobre.

Une manifestation de jeunes Irakiens à Bagdad, le 17 novembre 2019.
Une manifestation de jeunes Irakiens à Bagdad, le 17 novembre 2019. Crédit : SABAH ARAR / AFP
Maeliss
Maeliss Innocenti et AFP

Déguisés en braqueurs comme dans La Casa de Papel -vêtus de masques de Dali et de combinaisons rouges- des jeunes Irakiens ont revisité en arabe le chant révolutionnaire italien Bella Ciao, qui est devenu Blaya chara (qui veut dire "pas d'issue" en français).

Le but ? Faire la révolution en vidéo, puisque descendre dans la rue pour manifester contre le régime, lutter contre les pressions sociales et politiques, en Irak, c'est risquer sa vie. Depuis le 1er octobre, premier jour de ce mouvement de contestation d'ampleur, au moins 330 personnes sont mortes dans les violences qui ont émaillé les manifestations.

Depuis Mossoul, Mohammed Bakri et sa troupe partagent les mêmes maux et revendications que les manifestants à Bagdad ou dans le sud chiite gagné par la contestation. Dans le clip, on voit le "Professeur" de la série Netflix brandir des banderoles "Justice pour les martyrs" et un chanteur blotti sous une couverture entonne : "pas de chauffage, pas un sou en poche".

>
بيلا تشاو- النسخة العراقية (HD) Bella ciao-in Iraq | Demonstrations in Iraq | #save_the_iraqi_people

"On a acheté des vêtements d'occasion, on a peint nous-mêmes nos masques et on a tourné dans la rue ou dans nos maisons", a raconté à l'AFP ce chanteur et acteur amateur de 26 ans. La vidéo, vue des centaines de milliers de fois malgré le blocus des autorités sur les réseaux sociaux, a rapidement connu le succès en Irak.

À lire aussi
Contre la réforme des retraites, les manifestants se sont munis de pancartes pour exprimer leur colère, jeudi 5 décembre à Paris. Emmanuel Macron
Réforme des retraites : "Macron dit tout et son contraire", selon Natacha Polony

Acteur à la scène et instituteur bouclant difficilement les fins de mois à la ville, comme les 13 autres membres de sa troupe montée en 2016 Mohammed Bakri ne rêve que d'une chose : défiler avec Bagdad et le sud. Mais ce n'est pas possible.

Cette vidéo, c'est le seul moyen que les auteurs ont trouvé pour apporter leur soutien aux manifestants, puisqu'à Mossoul les protestataires sont souvent accusés par leurs détracteurs d'être des jihadistes ou des partisans du dictateur déchu Saddam Hussein, un sunnite originaire d'une région au nord de Bagdad.

On parle au nom de tous les Irakiens

Mohammed Bakri, chanteur et acteur irakien de 26 ans.
Partager la citation

Des allégations que personne ne prend à la légère alors que les autorités ont annoncé que les "saboteurs" qui infiltrent selon elles les manifestations seraient jugés sous le coup de la loi antiterroriste, qui prévoit au pire la mort, au mieux la perpétuité. "Mais avec notre art, on soutient (le mouvement) à notre façon, et je pense que comme ça, on parle au nom de tous les Irakiens", a expliqué Mohammed Bakri.

Que la vidéo ait eu autant de succès est une véritable prouesse puisque les autorités ont déjà coupé à plusieurs reprises Internet depuis début octobre. Et il y a toujours le risque d'être arrêté pendant le tournage d'un clip. Mais le réalisateur Abderrahmane al-Rubaye ne compte pas s'arrêter en si bon chemin : "Maintenant, on ne s'inquiète plus. Les gens ont pris confiance en eux. On ne se tait plus".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Crise politique Irak Révolte sociale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants