1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Intervention turque en Syrie : faut-il craindre un embrasement de la région ?
2 min de lecture

Intervention turque en Syrie : faut-il craindre un embrasement de la région ?

DÉCRYPTAGE - L'offensive turque contre les Kurdes lancée mercredi a déjà fait plus d'une quinzaine de morts. Faut-il craindre un embrasement de la région déjà lourdement meurtrie dans sa lutte contre l'État Islamique ?

La ville de Ras al-Ain près de la frontière turco-syrienne (illustration)
La ville de Ras al-Ain près de la frontière turco-syrienne (illustration)
Crédit : Delil SOULEIMAN / AFP
Intervention turque en Syrie : vers l'embrasement ?
09:12
Thomas Pierre

Les forces Kurdes, alliées des Occidentaux dans la lutte anti-jihadiste, ont été visées par la Turquie dans la nuit du 9 au 10 octobre, laissant craindre un embrasement total de cette région lourdement éprouvée par la guerre contre l'État Islamique. 

Invitée de RTL, Dorothée Schmid, chercheuse à l'Institut Français des Relations Internationales et spécialiste de la Turquie, rappelle que le président Turc Erdogan avait annoncé cette opération en Syrie. "En interne, il a besoin de cette guerre. Il est très affaibli du point de vue électoral, (...) il a une crise économique en Turquie, donc il a besoin de refaire une sorte de front nationaliste", estime-t-elle. "Et les Kurdes sont le prétexte à cela depuis quelques années déjà".

Dès lors, y-a-t-il un risque d'embrassement plus général dans la région ? "On est déjà bien embrasé, ça ne va déjà pas très bien en Syrie", explique-t-elle. "Mais ce qui est fou, c'est de se dire qu'on avait à peine réussi à calmer un peu le jeu entre Bachar el-Assad et les rebelles, que maintenant on a un front tout à fait nouveau qui risque de s'ouvrir". 

Une résurgence de Daesh ?

Le conseil de sécurité de l'ONU va se réunir en urgence ce jeudi. Mais les condamnations internationales sont unanimes. L'État Islamique pourrait-il profiter du chaos provoqué par cette offensive turque ? 

À lire aussi

Un des dangers de cette crise est "d'abord une résurgence de Daesh", mais pas seulement, affirme Dorothée Schmid. L'autre préoccupation est "de savoir ce qui va se passer des prisonniers que les Français avaient laissés aux mains des Kurdes en disant en gros qu'il fallait que la région se débrouille avec". 

Mercredi, des régions voisines de la Turquie ont été bombardées par l'aviation et l'artillerie turques. L'assaut a d'ores et déjà fait 15 morts dont 8 civils, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), ajoutant que des "milliers de déplacés" fuient les zones bombardées.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/