1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. "Hustler" : derrière le provocateur Larry Flynt, un empire juteux
1 min de lecture

"Hustler" : derrière le provocateur Larry Flynt, un empire juteux

ÉCLAIRAGE - Larry Flynt, décédé mercredi, avait lancé en 1974 "Hustler", magazine pornographique au ton délibérément scandaleux et point de départ d'un empire florissant.

Une boutique Hustler à Hollywood, le 11 février 2021
Une boutique Hustler à Hollywood, le 11 février 2021
Crédit : VALERIE MACON / AFP
Thomas Pierre & AFP

Arnaqueur, arriviste, escroc ou encore prostitué... Les traductions du terme "Hustler", sont nombreuses. À l'image de son fondateur, Larry Flynt, décédé mercredi à Los Angeles à l'âge de 78 ans, l'empire "Hustler" sera parvenu en presqu'un demi-siècle d'existence à se diversifier, après des débuts fracassants. 

Lancé en 1974, le magazine Hustler, concurrent de Playboy et Penthouse, jugés "ringards", révolutionne le genre avec des photos pornographiques très explicites et un ton délibérément scandaleux. Une feuille de chou, qui jette aux orties les codes policés de la photo de charme : les modèles y exposent leurs parties génitales.

"Hustler" est une idée qui le suit déjà depuis presque 10 ans. Avec quelques dollars de côté, le jeune Larry Flynt a déjà ouvert en 1965 un premier bar puis un second et un troisième. Ces "Hustler Clubs", des boîtes miteuses où les hôtesses servent les clients entièrement nues, deviennent une institution dans l'Ohio, où il a grandi. 

Hustler, une magazine devenu empire

Larry Flynt gagne son premier million en publiant en 1975 des photos volées de Jackie Onassis nue sur une île grecque. Hustler magazine décolle et se vend bientôt à 3 millions d'exemplaires. Censuré en France jusqu'en 2011, le magazine brise tous les tabous avec des accroches comme "George Bush a le Sida".

À lire aussi

Dans les années 1970, le provocateur Larry Flynt fait rapidement fructifier cette entreprise jugée subversive en développant d'autres publications, des clubs, des sex-shops, des studios spécialisés dans les films X puis des sites internet. En 2000, l'homme d'affaires devenu mauvaise conscience de l'Amérique, ouvrira même un casino "Hustler" dans la banlieue de Los Angeles, où il s'était établi de longue date. Selon le New York Times, Larry Flynt laisse derrière lui un véritable empire et une fortune estimée à 400 millions de dollars (330 millions d'euros). 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/