1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Fuites des gazoducs Nord Stream : les Russes peuvent-ils être responsables ?
2 min de lecture

Fuites des gazoducs Nord Stream : les Russes peuvent-ils être responsables ?

Francis Perrin, chercheur à l'Iris, explique que la Russie pourrait avoir trouvé un intérêt à saboter ses propres gazoducs.

Gazoduc Nord Stream
Gazoduc Nord Stream
Crédit : AFP
Fuites des gazoducs Nord Stream : les Russes peuvent-ils être responsables ?
00:03:58
Valentin Boissais - édité par Sandra Cazenave

Depuis le ciel, on peut observer des bouillonnements, l'un d'eux mesure plus d'un kilomètre de large. Trois fuites ont été détectées en l'espace de quelques heures : deux sur le gazoduc Nordstream 1 et une sur le Nordstream 2. De grandes quantités de gaz se déversent dans la mer Baltique.

Des fuites qui ne sont pas accidentelles, selon le gouvernement danois. Juste avant les trois fuites, deux explosions soudaines et maîtrisées ont été répertoriées, provoquant ces brèches importantes. De probables "sabotages" sont donc évoqués, et notamment par Ursula Von der Leyen, la présidente de la Commission européenne.

L'Ukraine a, elle, accusé la Russie d'un acte terroriste. Quel intérêt aurait la Russie à saboter leur propre gazoduc ? Ces gazoducs ont coûté des millions de roubles à la Russie. "Ils ont dépensé beaucoup de temps, beaucoup d'argent, beaucoup de capital politique et de lobbying pour arriver à les construire", appuie Francis Perrin, chercheur à l'Iris et spécialiste des problématiques énergétiques, sur RTL mercredi 28 septembre. "Mais d'un autre côté, puisque Nordstream 2 n'est pas entré en service et qu'il a été bloqué par l'Allemagne, n'est-on pas dans une politique du pire ? Ils servent à embêter un nombre de personnes et à faire peur."

Des effets sur l'environnement et sur les factures

Un tel sabotage n'est pas l'œuvre d'activistes ou d'un groupe terroriste. Il demande une organisation militaire, des moyens étatiques pour placer des dizaines de kilos d'explosif à plus de cent mètres de profondeur. Mais concernant les coupables, "on est dans les hypothèses", clarifie Francis Perrin, rappelant les jeux d'alliances dans la guerre en Ukraine. En attendant de trouver les responsables, la Suède et le Danemark ont relevé leur surveillance sur les infrastructures stratégiques.

À écouter aussi

Ces fuites n'auront pas d'impact sur notre consommation de chauffage. Car ces gazoducs ne nous délivraient de toute façon pas de gaz : Nordstream 2 n'est jamais entré en service suite à la guerre en Ukraine et Nordstream 1 ne livrait plus rien depuis quelques semaines. Il peut y avoir d'autres conséquences : "le prix du gaz a déjà commencé à augmenter (au niveau de ceux de la semaine dernière)", estime Thomas Pellerin-Cralin, directeur du Centre Énergie de l'Institut Jacques Delors. Autre conséquence pour l'environnement : des millions de tonnes de méthane, un gaz à effet de serre, vont se répandre dans l'atmosphère. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire