1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Au Groenland, les conséquences du réchauffement climatique se constatent à l'œil nu
1 min de lecture

Au Groenland, les conséquences du réchauffement climatique se constatent à l'œil nu

EXPÉDITION RTL/M6 - À 50 km au nord du cercle polaire, à Kangerlussuaq, au Groenland, les conséquences du réchauffement climatique se constatent à l'œil nu.

Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland).
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland).
Crédit : RTL
Groenland : la fonte des glaces "n'est pas une bonne nouvelle pour le reste de la planète"
01:31
Emilie Baujard - édité par Thomas Pierre

À 50 km au nord du cercle polaire, le réchauffement climatique va trois fois plus vite que sur le reste de la planète. Les conséquences se voient à l'œil nu. Adam est guide touristique depuis 32 ans à Kangerlussuaq, tout près de la calotte glaciaire qui recouvre 80% du Groenland. 

Ce matin de fin octobre, il nous amène justement sur le glacier. "Il y a encore neuf ou dix ans, on se garait ici au bout de la route et on pouvait monter directement sur le glacier, explique Adam. Mais aujourd’hui, on doit marcher plus de 80 mètres pour atteindre la glace. Tout ça en moins de 10 ans, vous voyez comme ça change vite."

Le glacier recule inexorablement. Il perd 200 gigatonnes par an. Adam s'avance devant un lac, tout juste gelé. C'est la première fois qu'il tente cette traversée depuis le début de l'hiver. Avec un bâton il tape la glace pour s'assurer de sa solidité. Nous arrivons au pied de la calotte glacière, un mur de glace de 20 mètres de haut.

Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland).
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland).
Crédit : RTL
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland).
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland).
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland).
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland).
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland).
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland).
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland).
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland).
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland).
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland). Crédits : RTL
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland). Crédits : RTL
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland). Crédits : RTL
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland). Crédits : RTL
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland). Crédits : RTL
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland). Crédits : RTL
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland). Crédits : RTL
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland). Crédits : RTL
Sur le glacier Russel à Kangerlussuaq (50 km au nord du cercle polaire à l’ouest du Groenland). Crédits : RTL
1/1

"Pas une bonne nouvelle pour le reste de la planète"

"Normalement on vient fin septembre", explique le guide. "Mais cette année, tout est en retard car il a fait trop chaud. Le glacier fond donc beaucoup. Il faut pas rester trop longtemps, c’est dangereux. ça bouge, on va s’écarter un peu."

À écouter aussi

Selon lui, la température ici à augmenté de 7 degrés en quelques années. Il a même plu cet été, ce qui n'était jamais arrivé. "Ce n’est pas une bonne nouvelle pour le reste de la planète. Si on continue à fondre ici, beaucoup d’endroits vont se retrouver sous les eaux". Adam n'est guère optimiste pour le futur.. Il regarde le ciel, bleu. Il n'a toujours pas neigé et on est fin octobre.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/