2 min de lecture Sexisme

États-Unis : une élue victime de "revenge porn" contrainte de démissionner

Dans un communiqué publié lundi 28 octobre, Katie Hill, élue démocrate à la Chambre des représentants, dénonce des "manoeuvres politiques" et le "double-standard" de la politique américaine.

La représentante américaine Katie Hill, alors candidate aux élections, le 5 novembre 2018 en Californie.
La représentante américaine Katie Hill, alors candidate aux élections, le 5 novembre 2018 en Californie. Crédit : MARIO TAMA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

"C’est le cœur brisé que j’annonce aujourd’hui ma démission du Congrès." Lundi 28 octobre, la représentante américaine Katie Hill a annoncé quitter ses fonctions d'élue dans un communiqué posté sur Twitter. "C'est la meilleure chose à faire pour mes électeurs, ma communauté, et mon pays." 

La raison de cette démission : Katie Hill, élue démocrate, fait l'objet d'une enquête menée par la commission d'éthique de la Chambre des représentants pour avoir eu une relation sexuelle avec l'une de ses collaboratrices. Ce qui est formellement interdit par le règlement. L'élue affirme que cette relation était consentie et qu'elle s'est terminée avant son entrée au Congrès. Ce sont des "manoeuvres politiques", insiste-t-elle.

Par ailleurs, Katie Hill, qui est ouvertement bisexuelle est la cible d'une "campagne d'une calomnies" orchestrée selon elle par son "mari abusif". Le couple est actuellement en instance de divorce, et des photos d'elle posant nue circulent sur internet. "Voir ces photos de moments intimes être utilisées comme des armes contre moi est une invasion épouvantable de ma vie privée", explique Katie Hill dans son communiqué. "C'est aussi illégal et nous envisageons aujourd'hui toutes les issues légales possibles."

Katie Hill termine son communiqué en dénonçant le double-standard des normes éthiques de la politique américaine. "Désormais, mon combat sera de vaincre ce type d'exploitation dont beaucoup de femmes sont victimes et qui empêchent tant de femmes et de filles de se présenter aux élections ou de faire leur entrée dans l'arène publique."

À lire aussi
La version physique de l'Apple Card sexisme
La carte de paiement d'Apple est-elle sexiste ?

De nombreuses personnes telles que l'actrice Alyssa Milano, ont apporté leur soutien à l'élue. "Katie Hill a dû démissionner à cause d'une relation sexuelle consentie. Fuck l'hypocrisie", a-t-elle tweeté. En effet, beaucoup ont souligné le fait que certains élus masculins étaient accusés voire poursuivis pour des faits de violences sexuelles sans que jamais cela n'ait précipité leur démission. Parmi eux, le président des États-Unis lui-même, Donald Trump.

Mardi, un ex-conseiller de ce dernier a déclaré être candidat au siège libéré par Katie Hill. Son nom ? George Papadopoulos. En septembre 2018, il avait été emprisonné 14 jours pour avoir menti au FBI dans le cadre de l'enquête menée par le procureur Robert Mueller sur l'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexisme États-Unis Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants