1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : une banane vendue 120.000 dollars à Miami
2 min de lecture

États-Unis : une banane vendue 120.000 dollars à Miami

Qu'est-ce qui est jaune, qu'on scotche au mur, qui vaut 120.000 dollars et qu'on peut manger ? Une banane vendue par un artiste italien, Maurizio Cattelan.

L'oeuvre "Comedian" de l'artiste Maurizio Cattelan a été vendue 120.000 dollars.
L'oeuvre "Comedian" de l'artiste Maurizio Cattelan a été vendue 120.000 dollars.
Crédit : CINDY ORD / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
États-Unis : une banane vendue 120.000 dollars à Miami
03:29
États-Unis : une banane vendue 120.000 dollars à Miami
03:29
Philippe Corbé - édité par Charles Deluermoz

Elle a agité les réseaux sociaux dimanche 8 décembre : une vraie banane, accrochée à un mur par un morceau de scotch gris. Valeur minimum ? 120.000 dollars. C'était ce week-end à Miami, à la grande foire d’art contemporain Art Basel, où ont été vendues trois exemplaires, entre 120.000 et 150.000 dollars pièce. Soit entre 110.000 et 135.000 euros.

Ces œuvres, ce sont celles de l’artiste italien Maurizio Cattelan, à qui l'on doit également une installation appelée America : une cuvette de toilettes en or 18 carats qui appartient à la collection du musée Guggenheim et qui a été dérobée il y a 3 mois. Déjà cette œuvre avait excité les réseaux sociaux, surtout quand le Guggenheim avait suggéré de la prêter à la Maison Blanche

Mais avec ses bananes, l’artiste italien savait qu’il allait à nouveau faire parler de lui. Et l’image a fait le tour de Twitter, de Facebook et d'Instagram. Le galeriste français Emmanuel Perrotin, qui a vendu l’oeuvre, s’est aussi fait prendre en photo avec une autre banane scotchée, un fruit banal sans valeur particulière.

Evidemment, ils savaient très bien qu’ils allaient déclencher des commentaires moqueurs. Le New York Post a d'ailleurs titré : "Bananas, Le monde de l’art devient fou !" Car "bananas", en anglais, c’est aussi une expression pour dire que quelque chose devient fou. Lors de l'exposition, Emmanuel Perrotin avait d'ailleurs fait installer une petite caméra pour filmer les réactions des visiteurs. Et l'un d'entre eux l’a décrochée du mur pour la manger !

À lire aussi

L’idée de l’artiste, c’est d’encourager les spectateurs à s’interroger sur la valeur que nous donnons à des choses matérielles. Donc en suivant son idée, ce qui donne de la valeur, ce n’est pas l’oeuvre en elle-même, mais le fait que quelqu’un soit prêt à l’acheter avec tout ce spectacle qui se crée autour d’elle, partout, instantanément. Sur les réseaux sociaux tout le week-end, copiée, moquée. 

Evidemment c’est ridiculisé, controversé. Mais l’urinoir de Marcel Deschamps, exposé il y a plus d’un siècle, avait déjà été ridiculisé et controversé. Et l’œuvre est pourtant aujourd'hui dans de grands musées reconnus. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/