1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. "Fountain", l'urinoir icone de l'art de Marcel Duchamp, va célébrer ses 100 ans
2 min de lecture

"Fountain", l'urinoir icone de l'art de Marcel Duchamp, va célébrer ses 100 ans

Le Centre Pompidou célèbre à Paris cette oeuvre emblématique qui est devenue une icone immortelle de l'histoire de l'Art.

Une réplique de l'oeuvre "Foutain" de Marcel Duchamp dans un musée londonien, en février 2013
Une réplique de l'oeuvre "Foutain" de Marcel Duchamp dans un musée londonien, en février 2013
Crédit : AFP / Archives, Tony Kyriacou
"Fountain", l'urinoir icone de l'art de Marcel Duchamp, va célébrer ses 100 ans
03:14
"Fountain", l'urinoir icone de l'art de Marcel Duchamp, va célébrer ses 100 ans
03:17
Loïc Farge
Loïc Farge

Ce n'est ni une peinture, ni une sculpture. C'est un objet industriel. Et pourtant depuis cent ans, "Fountain" ne cesse de frapper notre imaginaire. Le geste de Marcel Duchamp, artiste français naturalisé américain, ne cesse de hanter les générations d’artistes qui ont suivi. Forcément, en cent ans, l'histoire qu'on croit connaitre a été un peu déformée. Contrairement à la légende, l'œuvre, une pissotière en porcelaine blanche et présentée retournée, n'a pas été refusée par un jury, comme L'Origine du monde de Courbet. Elle a d'abord laissé de marbre. Reléguée, elle est passée inaperçue.

Le 10 avril 1917, à l'ouverture du premier salon des Société des artistes indépendants de New York, elle est tellement mal exposée, invisible parmi les 2.500 œuvres présentées, qu'on finit même par perdre sa trace. Jamais on ne rêvera cet original. Ce n'est que plusieurs mois plus tard, quand une photo de l'œuvre, publiée dans une revue américaine, intitulée Aveugle (The Blind Man, ça ne s’invente pas !), que le scandale éclate et que débute l'imprévisible carrière d'une pissotière achetée dans un magasin de sanitaire new-yorkais, qui révolutionna notre regard de spectateur. Sans que Marcel Duchamp lui-même n'accepte de l'expliquer vraiment.

Œuvre d'art ou non ?

Ce qui fou, en revanche, c'est que cette œuvre fait l'actualité, presque sans discontinuer, depuis cent ans. En 1964, toujours grâce à cette fameuse photo (une réédition), sept répliques en faïence recouvertes de glaçure céramique sont réalisées et vendues. L'État français en acquiert un exemplaire qui va à nouveau fait les gros titres, quand Pierre Pinoncelli, une première fois en 1993, urine dans la "Fontaine" et, visiblement pas soulagé, lui assène des coups de marteau. Il récidivera en 2006. "L'esprit Dada, c'est l'irrespect. C'était un clin d'œil au dadaïsme et un hommage à Duchamp !", plaide l'artiste-vandale. Sans convaincre les tribunaux qui le condamnent à payer les restaurations de l'œuvre.

S'agit-il ou non d'une œuvre d'art ? Le fait qu'on pose la question, que ce très ordinaire objet du quotidien, détourné, renversé, nous interpelle encore aujourd'hui, est sans doute déjà une réponse. "Je ne sais pas si c'est une œuvre d'art", nous a dit Bernard Blistène, le patron du Musée national d'art moderne du Centre Pompidou, qui expose la reproduction de "Fountain". "Mais c’est incontestablement une œuvre de l'esprit qui fait travailler la pensée depuis un siècle. Et ça c’est le cœur du travail de Marcel Duchamp".

À lire aussi

L'homme fut un peintre prometteur d'abord, un grand lecteur, un grand joueur d'échecs et un "artiste inouï", que les historiens de l'Art comparent souvent à Picasso, pour l'influence majeure qu'il exerça pendant ces cent dernières années.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/