1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : un homme va être exécuté pour le meurtre de policiers qu'il n'a pas tués
1 min de lecture

États-Unis : un homme va être exécuté pour le meurtre de policiers qu'il n'a pas tués

Cet homme de 43 ans devrait recevoir une injection létale dans la nuit du jeudi 5 au vendredi 6 mars pour le meurtre de trois policiers, survenu en 2004, alors que ce n'est pas lui qui a appuyé sur la détente.

Une "chambre de la mort" de l'unité Huntsville du département de justice pénale du Texas (Photo d'illustration).
Une "chambre de la mort" de l'unité Huntsville du département de justice pénale du Texas (Photo d'illustration).
Crédit : PAUL BUCK / AFP
Sarah Ugolini

L'Alabama s'apprête à exécuter ce jeudi 5 mars au soir un détenu pour le meurtre de trois policiers, qui ont pourtant été abattus par un autre homme. C'est dans la nuit du 5 au 6 mars, heure française, que cet homme de 43 ans devrait recevoir une injection létale pour l'assassinat de trois policiers survenu en 2004, à moins que le gouverneur n'intervienne. Des policiers qu'il n'a pourtant pas tués. 

En effet, comme le rapporte le New York Times, relayé par Le Parisien, l'enquête a établi que ce n'est pas lui qui a ouvert le feu. Nathaniel Woods devait être interpellé pour violence domestique par trois policiers de Birmingham ce soir de 2004. En l'espèce, les trois agents sont venus l'interpeller dans une maison où lui et son complice Kerry Spencer étaient soupçonnés de vendre de la drogue à des consommateurs de crack. 

Même s'il est prouvé que c'est son complice qui a ouvert le feu sur les policiers, les procureurs ont estimé que Nathaniel Woods était coupable d'avoir monté un guet-apens aux agents. Avant de se rétracter, sa petite amie avait en effet affirmé que lui et son complice détestaient les policiers et que Nathaniel Woods voulait tuer un des policiers. 

Condamné à mort par 10 voix contre 2

Ainsi, l'homme de 43 ans a été condamné à mort en vertu d'une loi de l'État de l'Alabama qui permet de reconnaître comme coupable celui qui a participé à un meurtre, sans forcément avoir tenu l'arme qui les a tués. Un jury a recommandé que l'homme soit condamné à mort par 10 voix contre 2. L'appel de ses avocats a été rejeté par la Cour suprême l'an dernier. L'État de l'Alabama a par la suite avancé la date de son exécution, selon Le Parisien.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/