2 min de lecture Maison blanche

États-Unis : qu'est-ce que le discours sur l'état de l’union que prononcera Trump ?

Donald Trump a promis pour mardi 4 février au soir un discours résolument optimiste face au Congrès réuni au grand complet, les yeux rivés sur l'élection présidentielle de novembre où il briguera un second mandat.

Donald Trump lors de son premier discours sur "l'état de l'Union", le 30 janvier 2018
Donald Trump lors de son premier discours sur "l'état de l'Union", le 30 janvier 2018 Crédit : AFP / WIN MCNAMEE
Félix Roudaut
Félix Roudaut
et AFP

Le traditionnel discours sur l'état de l'union aura une saveur particulière cette année. L'exercice, qui s'avère déjà compliqué pour les présidents américains, va l'être d'autant plus qu'il intervient à la veille du verdict dans le procès en destitution de Donald Trump.

Comme ses prédécesseurs à la même période de l'année, le locataire de la Maison-Blanche va s'exprimer depuis le Capitole, dans l'hémicycle de la Chambre où doivent aussi siéger également les sénateurs, les ministres, des juges de la Cour suprême et d'autres notables. Le discours doit débuter ce mardi 4 février 2020 à 21 heures (3 heures du matin en France mercredi).

Le républicain utilisera ce moment en prime-time pour vanter sa politique et ses réformes économiques et sociales. Il n'est toutefois pas garanti que l'assistance soit entièrement acquise à la cause de Donald Trump. Si le Congrès est dominé par ses alliés républicains, son indépendance et la lenteur d'action pourraient frustrer les projets de réformes de l'impatient président.

En quoi consiste-t-il ?

Ce discours est généralement prononcé à chaque début d'année par le président des États-Unis. George Washington s'y était mis le premier, le 8 janvier 1970 à New York City. Légalement, rien n'oblige la tenue de cette réunion exceptionnelle. Néanmoins, l'article II de la Constitution américaine précise que le Président "donnera par moments des informations au Congrès sur l'état de l'Union et lui recommandera les mesures qu'il juge nécessaires et opportunes".

Quels enjeux pour Donald Trump ?

À lire aussi
Facebook
États-Unis : banni de Facebook, Donald Trump lance un nouveau site web

Le président américain devrait profiter de cette grand-messe pour vanter son bilan économique à moins de 300 jours de la prochaine présidentielle. Le discours "aura un ton très optimiste", a déclaré à la presse un haut responsable du gouvernement sous couvert d'anonymat.

Donald Trump, qui brigue un second mandat, doit notamment revenir sur le "boom des cols bleus" et vanter son bilan en matière migratoire, a précisé cette source, sans pouvoir dire si Donald Trump évoquerait le procès qui assombrit sa campagne. Le sénateur républicain Roy Blunt a estimé dans les pages du New York Times que le tempétueux président devrait se garder d'en parler. "C'est une occasion pour aller de l'avant", a-t-il plaidé.

En 1999, le président démocrate Bill Clinton, jugé au Sénat pour avoir menti sur sa liaison avec la stagiaire de la Maison-Blanche Monica Lewinsky, avait fait profil bas dans son discours sur l'état de l'Union. Mais, de l'aveu même de M. Blunt, Donald Trump est "plutôt du genre à adopter une position frontale".

Comment va réagir l'opposition ?

Il pourrait donc se déchaîner sur les parlementaires démocrates qui l'accusent d'avoir essayé de forcer l'Ukraine à "salir" son possible adversaire à la présidentielle Joe Biden, notamment en gelant une aide militaire cruciale pour ce pays en guerre. Depuis que le scandale a éclaté, l'hôte de la Maison-Blanche se dit victime d'un "coup monté" orchestré par ses opposants pour l'empêcher de figurer sur les bulletins de vote.

Lundi encore, il a dénoncé sur Twitter une "mascarade" ourdie par "les démocrates-qui-ne-font-rien". Les élus de l'opposition l'écouteront-ils d'une oreille attentive mardi soir ou manifesteront-ils leur désaccord ? L'an dernier, leur chef à la Chambre, Nancy Pelosi, assise légèrement au-dessus et dans le dos du président, avait surjoué ses applaudissements pour marquer sa différence.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maison blanche États-Unis Politique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants