2 min de lecture États-Unis

États-Unis : pourquoi le signe "OK" est considéré comme raciste ?

L'école militaire de West Point a annoncé lundi avoir lancé une enquête sur des élèves filmés en train de faire d'une main le signe "ok", lié aux suprémacistes blancs, lors d'un match de football américain.

Un militant d'extreme-droite faisant le signe ok en août 2019 à Portland, Oregon
Un militant d'extreme-droite faisant le signe ok en août 2019 à Portland, Oregon Crédit : John Rudoff / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

Il fait partie de ces gestes à la fois ordinaire et universel, traditionnellement utilisé pour indiquer que "tout va bien". Sauf que le simple fait de dessiner un cercle avec son pouce et son index est désormais considéré comme raciste aux États-Unis. 

Depuis quelques années, ce signe est en effet régulièrement associé aux suprémacistes blancs du "white power", rappelle le New York TimesLe geste s'est répandu dans les cercles d'extrême droite et est parfois utilisé par des supporters de Donald Trump, qui n'en connaissent pas toujours l'origine, souligne l'association de lutte contre l'antisémitisme ADL (Anti-Defamation League).

La prestigieuse école militaire de West Point en a fait l’amère expérience samedi 14 décembre. Certains de ses élèves ont été filmés en train de faire d'une main le signe "ok", en marge d'un match de football américain entre l'armée de terre et la Navy. 

Sur les images de la chaîne sportive ESPN, qui retransmettaient cette rencontre annuelle à laquelle assistait le président Donald Trump, on peut voir au moins deux cadets de l'école militaire ainsi qu'un aspirant de l'Académie navale des États-Unis en train de former le signe "ok" derrière un commentateur. 

À lire aussi
Snapchat et Instagram ont suspendu l'accès aux GIF dans leur application États-Unis
Snapchat modère à son tour les messages de Trump "incitant à la violence raciale"

Une enquête a été ouverte, a fait savoir West Point. "L'académie militaire est pleinement engagée dans la formation de leaders au caractère qui incarne les valeurs de l'armée", a déclaré le lieutenant général à la tête de l'école militaire, Darryl Williams. "J'ai nommé un officier (...) pour mener une enquête administrative sur les faits, circonstances et intentions des cadets en question", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Les incidents racistes impliquant le signe "ok" se sont multipliés ces derniers temps. L'extrémiste australien Brenton Tarrant, auteur du carnage dans deux mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, l'avait utilisé lors de son arrivée au tribunal en mars 2019. L'année dernière également, un officier des garde-côtes avait été réprimandé pour avoir fait ce signe à la télévision.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
États-Unis Extrême droite Racisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants