1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : Minneapolis sous haute tension après la mort d'un Afro-Américain tué par la police
2 min de lecture

États-Unis : Minneapolis sous haute tension après la mort d'un Afro-Américain tué par la police

Les autorités américaines ont renforcé la sécurité à Minneapolis pour empêcher la ville de s'embraser après la mort d'un jeune Afro-Américain, tué par la police, dimanche 11 avril.

Des gens défilent dans les rues de Manhattan pour protester contre le meurtre récent d’un Afro-Américain par la police dans le Minnesota le 12 avril 2021, à New York.
Des gens défilent dans les rues de Manhattan pour protester contre le meurtre récent d’un Afro-Américain par la police dans le Minnesota le 12 avril 2021, à New York.
Crédit : SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP
Camille Guesdon & AFP

La ville de Minneapolis aux Etats-Unis est sous haute tension. Les soldats de la Garde nationale ont appelé au calme. Les autorités américains ont renforcé la sécurité à Minneapolis pour empêcher la ville de s'embraser après la mort de Daunte Wright, un jeune homme noir abattu par la police dimanche 11 avril, en plein procès du meurtre de George Floyd. Le président démocrate Joe Biden a déclaré que "les manifestations pacifiques sont compréhensibles ainsi que colère, la douleur, la souffrance qui existent chez les personnes noires". Cependant il a ajouté qu'il "n'y a absolument aucune justification aux violences", en appelant la population de cette grande ville du nord des Etats-Unis à rester calme.

Les maires des villes jumelles de Minneapolis et Saint-Paul ont déclaré l'état d'urgence et décrété un couvre-feu à partir de 19h00 (00H00 GMT mardi) pour empêcher tout débordement, après une nuit de manifestations émaillées de pillages et échauffourées.

Une agente a "sorti son arme à feu à la place de son Taser"

Selon le chef de la police locale Tim Gannon, Daunte Wright, un Afro-Américain de 20 ans, a été tué dimanche "par accident" alors qu'il circulait en voiture à Brooklyn Center, dans la banlieue de Minneapolis. Il a expliqué que lors d'un banal contrôle de police, lié à des plaques d'immatriculation invalides, une agente a "sorti son arme à feu à la place de son Taser", un pistolet à impulsion électrique censé être non-létal. Pour appuyer ses propos, il a présenté l'enregistrement du drame par la caméra-piéton de la policière. La policière, qui était "expérimentée" selon son chef, a été placée en congé. Son nom n'a pas encore été rendu public.

Ce drame a ravivé la colère à Minneapolis, qui avait connu plusieurs nuits d'émeutes après la mort de George Floyd, le 25 mai, sous le genou du policier blanc Derek Chauvin. Ainsi, dimanche, des manifestants sont à nouveau descendus dans les rues et des altercations nocturnes ont eu lieu autour du poste de police de Brooklyn Center. Une vingtaine de commerces ont également été vandalisés. Un nouvel appel à manifester, lundi soir, avait été lancé avant l'annonce du couvre-feu.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/