1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : la famille de George Floyd demande des réformes dans la police

États-Unis : la famille de George Floyd demande des réformes dans la police

En visite à la Maison Blanche, la famille de George Floyd qui a rencontré Joe Biden, a demandé au Congrès américain une loi pour réformer la police.

Photo de la famille de George Floyd après une rencontre avec le président américain Joe Biden à la Maison Blanche, à Washington DC, le 25 mai 2021.
Photo de la famille de George Floyd après une rencontre avec le président américain Joe Biden à la Maison Blanche, à Washington DC, le 25 mai 2021.
Crédit : OLIVIER DOULIERY / AFP
Camille Guesdon
Camille Guesdon
Journaliste

Un an après la mort de George Floyd, sa famille a appelé le Congrès américain à "protéger les personnes de couleur" en votant une loi de réforme de la police mardi 25 mai suite à une rencontre symbolique avec le président Joe Biden à la Maison Blanche. Brandon Williams, le neveu de George Floyd a assuré que le président américain "veut que la loi soit juste, qu'elle ait du sens, et qu'elle garde intact l'héritage de George". Mais pour l'instant, le texte soutenu par le président et déjà voté par la Chambre basse, reste bloqué au Sénat.

Joe Biden s'est dit "optimiste" sur la possibilité d'aboutir prochainement à un accord au Sénat sur un texte de loi. Le texte voté en mars par la Chambre des représentants prévoit notamment l'interdiction des prises d'étranglement et vise à limiter la large immunité dont profitent les policiers américains. Cette modification est le point dur de la négociation car les républicains se posent en défenseurs des protections légales des forces de l'ordre.

Pour conclure cette visite historique, la famille de George Floyd a levé le poing et scandé son nom, devenu le symbole des victimes de violences policières aux États-Unis depuis sa mort le 25 mai 2020, à Minneapolis lors de son arrestation par quatre policiers. Son agonie, filmée en direct, a provoqué une mobilisation inédite. Sa supplique "je ne peux plus respirer" s'était transformée en cri de ralliement contre les abus des forces de l'ordre. Derek Chauvin, le policier qui s'était agenouillé sur son cou pendant près de dix minutes, a été reconnu coupable de meurtre. Sa peine sera annoncée le 25 juin prochain.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/