2 min de lecture Conflit

États-Unis : l'Iran représente-t-il une menace imminente pour les Américains ?

L'escalade des tensions entre l'Iran et les États-Unis, qui ont évacué les personnels de leur ambassade et leur consulat d'Irak, laisse craindre un envenimement du conflit.

Un air d'amérique - Corbé Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
États-Unis : l'Iran représente-t-il une menace imminente pour les Américains ? Crédit Image : HO, Nicholas Kamm / AFP / IRANIAN PRESIDENCY | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Joanna Wadel

Depuis plusieurs semaines, les tensions s'accentuent entre Washington et Téhéran, ce qui explique notamment l’augmentation des prix du pétrole. Désormais, les États-Unis évacuent une bonne partie de leurs employés d’Irak. Plus précisément, tous les personnels non essentiels de l’ambassade et du consulat.

Les Américains craignent une menace imminente, sans en préciser clairement la nature. On sait qu’il s’appuient sur des informations des services de renseignement, une partie d’entre-elles venues d'Israël.

Par ailleurs, quatre pétroliers ont été sabotés ces derniers jours dans le détroit d’Ormuz, entre l’Iran et les Émirats Arabes Unis, où passe près d’un quart du pétrole mondial. À Washington, on pointe du doigt les Iraniens.

Ce sont aussi ces menaces qui ont justifié l’envoi d’un porte avion et de bombardiers B 52 il y a quelques jours, et la préparation d’un plan, présenté par le Pentagone à la Maison Blanche, qui envisage l’envoi de 120.000 militaires en cas d’agression iranienne ou de poursuite du programme nucléaire. Ce serait une mobilisation massive, inédite depuis la guerre en Irak.

Donald Trump n'est pas un belliciste

Si les États-Unis ne déclarent pas la guerre à l'Iran, Donald Trump ayant lui-même affirmé que la publication par le New York Times de ce plan était une fake news, la situation n'est 
pas au beau fixe pour autant. Car le président américain s'est empressé d'ajouter que s’il avait à le mettre en oeuvre, il le ferait, et qu’il enverrait beaucoup plus de troupes.

À lire aussi
Un convoi militaire turc au nord de la Syrie, le 27 octobre 2019 international
Syrie : un civil tué au lendemain d'un attentat

Ce dernier s’est néanmoins fait élire en promettant de rapatrier les soldats américains de la région. Il affirme également qu’il était contre l’invasion de Irak dès le départ, et a beaucoup critiqué l’intervention militaire américaine en Afghanistan.

Entouré de va-t-en-guerre

Mais si Donald Trump n’aime pas forcément la guerre, il est désormais entouré de faucons ; le secrétaire d’état Pompeo, le conseiller à la sécurité nationale Bolton. Eux sont des va-t-en-guerre. Tout comme ses alliés, l’Israélien Netanyahou et le Saoudien Bin Salman.

John Bolton, un ancien de l’équipe Bush, avait tenté de convaincre l’ancien président d’aller à la confrontation contre l’Iran. Il y a aussi des bellicistes au Congrès. Un sénateur républicain, vétéran de la guerre en Irak, dit même que les États-Unis pourraient battre l’Iran, en deux coups, deux frappes. La première frappe et la dernière frappe. Mais le plus grand risque, ne serait pas qu’il déclenche intentionnellement une guerre, comme George Bush en 2003.

La crainte d'une "guerre accidentelle"

La plus grande menace est le déclenchement d'une "guerre accidentelle". Les Américains montrent leurs muscles, alors que va-t-il se passer en cas de provocation iranienne ? Ou d’un simple incident. Donald Trump se retiendrait-il d’intervenir, au risque de perdre la face ? Les Européens comme les Britanniques, sceptiques, craignent cette "guerre accidentelle", et ne croient pas à ce stade, aux menaces imminentes dont parlent les États-Unis. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Conflit Iran États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants