1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : une élue pro-Trump raillée pour avoir confondu "gestapo" et "gaspacho"
1 min de lecture

États-Unis : une élue pro-Trump raillée pour avoir confondu "gestapo" et "gaspacho"

Marjorie Taylor Greene entendait dénoncer la supposée méthode policière de la cheffe démocrate du Congrès, Nancy Pelosi.

États-Unis : une élue pro-Trump raillée pour avoir confondu "gestapo" et "gaspacho"
États-Unis : une élue pro-Trump raillée pour avoir confondu "gestapo" et "gaspacho"
Crédit : Anna Moneymaker / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
États-Unis : une élue pro-Trump raillée pour avoir confondu "gestapo" et "gaspacho"
00:00:33
Thomas Pierre & AFP

A priori rien ne les rapproche, si ce n'est Marjorie Taylor Greene. L'un désigne la police politique du Troisième Reich. L'autre le célèbre potage espagnol de légumes servi glacé. Mercredi 10 février, cette élue républicaine s'est pourtant retrouvée abondamment moquée sur internet. Et pour cause : la femme politique de 47 ans a employé le mot "gaspacho" à la place de "gestapo" dans une diatribe visant la cheffe démocrate du Congrès Nancy Pelosi.

Coutumière des controverses, la représentante de l'Etat de Géorgie avait assimilé la veille sur la chaîne très conservatrice One America News, la prison où sont détenus les assaillants du Capitole du 6 janvier 2021 à un "goulag" et avait dénoncé "la police gaspacho de Nancy Pelosi, qui espionne les membres du Congrès".

La vidéo a fait la joie de multiples internautes et personnalités. Parmi ces dernières, le chef espagnol José Andrés, connu pour avoir popularisé les tapas aux États-Unis, a proposé à la représentante républicaine de venir goûter un verre de gaspacho dans l'un de ses restaurants de Washington.

"Jetés au goulasch"

Marjorie Taylor Greene est familière des théories complotistes et a déjà été sanctionnée, notamment par le Congrès et par Twitter, pour des propos controversés. Elle avait notamment choqué en comparant le passeport vaccinal contre le Covid-19 à l'étoile jaune imposée aux juifs.

À lire aussi

Cette fois l'élue trumpiste a cependant pris les choses avec humour, sur le ton de l'autodérision: "Pas de soupe pour ceux qui espionnent illégalement les membres du Congrès, mais ils seront jetés au goulasch", a-t-elle tweeté, en faisant un jeu de mots entre "goulag" et "goulasch", une soupe hongroise très répandue en Europe centrale.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/