1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : Donald Trump était-il devenu incontrôlable à la fin de son mandat ?
2 min de lecture

États-Unis : Donald Trump était-il devenu incontrôlable à la fin de son mandat ?

ÉCLAIRAGE - Selon des journalistes du "Washington Post", le plus haut gradé du Pentagone s'inquiétait tellement de l'état mental de Donald Trump dans les derniers jours de son mandat qu'il a pris secrètement des mesures pour éviter une guerre avec la Chine.

Le General Milley, plus haut gradé américain, et Donald Trump, ici le 9 mai 2020
Le General Milley, plus haut gradé américain, et Donald Trump, ici le 9 mai 2020
Crédit : MANDEL NGAN / AFP
États-Unis : Donald Trump était-il devenu incontrôlable à la fin de son mandat ?
00:40
Lionel Gendron & Thomas Pierre

Les derniers jours de la présidence Trump auraient suscité une certaine inquiétude aux États-Unis. C'est ce que révèle un livre écrit par des journalistes du Washington Post. Le plus haut gradé du Pentagone s'inquiétait tellement de l'état mental de Donald Trump qu'il avait demandé à ses adjoints de ne plus lui obéir. 

Il avait même pris l'initiative d'appeler ses homologues militaires chinois pour les rassurer : "Je peux vous assurer que l'État américain est stable et que tout va bien se passer."
Pourtant, la phrase ne transpire pas la sérénité, surtout que le chef d'état-major appelle son homologue du pays ennemi pour l'assurer qu'il n'y a pas de guerre en préparation. "Nous n'allons pas attaquer ni mener d'opérations militaires contre vous". C'est saisissant et cela en dit long sur le chaos après la défaite de Donald Trump. 

Selon des extraits publiés par le Washington Post et CNN, le général Milley a aussi fait promettre à ses adjoints de ne pas obéir immédiatement à un éventuel ordre extrême de Donald Trump, notamment sur l'usage de l'arme nucléaire, après la défaite électorale du président républicain le 3 novembre. 

Un "serment" contre une frappe nucléaire

Il devait en être informé d'abord et a demandé à tous les officiers réunis de confirmer qu'ils avaient bien compris, ajoutent les journalistes Woodward et Costa, selon lesquels il s'agissait d'un "serment". La crainte du général Miller et de la CIA : que le président ouvre un conflit pour susciter une crise et s'octroyer les pleins pouvoirs. 

À lire aussi

Il a aussi demandé à la directrice de la CIA de l'époque, Gina Haspel, et au chef du Renseignement militaire, le général Paul Nakasone, de surveiller tout comportement erratique de Donald Trump. Ce dernier a réagi et parle d'intelligence avec l'ennemi. Dans un deuxième appel après l'attaque du Capitole, le général Milley écrit : "Tout va bien, mais la démocratie, c'est parfois brouillon". 

Une certitude : jamais un président n'avait autant inquiété les militaires, l'administration et une partie des Américains.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/