2 min de lecture Fusillade

États-Unis : ce que l'on sait de la fusillade dans une église au Texas

Une fusillade a eu lieu dans une église de Sutherland Spring au Texas, ce dimanche 5 novembre. Au moins 26 personnes sont mortes, d'après le dernier bilan.

Des forces de l'ordre sécurisant les lieux de la fusillade dans une église de Sutherland Spring, au Texas le 5 novembre 2017
Des forces de l'ordre sécurisant les lieux de la fusillade dans une église de Sutherland Spring, au Texas le 5 novembre 2017 Crédit : ERICH SCHLEGEL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Paul Véronique
Paul Véronique
et AFP

Les États-Unis sous le choc. Ce dimanche 5 novembre, une fusillade a eu lieu dans une église baptiste de Sutherland Springs, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de San Antonio, dans l'État du Texas. D'après le dernier bilan, donné par le gouverneur du Texas, Greg Abbott, lors d'une conférence de presse fait état d'au moins 26 morts. Les victimes sont âgées de 5 à 70 ans, a-t-il précisé, avant d'ajouter que le bilan pourrait encore s’alourdir. 

Les faits se sont déroulé vers 11h30 heure locale, pendant l'office dans une église de Sutherland Spring au Texas. Un homme aurait ouvert le feu pendant l'office, tuant au moins 26 personnes et en blessant une vingtaine d'autres, selon les autorités du Texas. Le tireur, qui portait un gilet pare-balles et un fusil d'assaut, est mort, a déclaré un responsable des forces de l'ordre du Texas, Freeman Martin. 

Il a précisé que le suspect n'avait pas été "totalement identifié". Il s'agit d'un "jeune homme blanc âgé d'une vingtaine d'années", "tout de noir vêtu", a-t-il expliqué. Il a réussi à prendre la fuite avant d'être retrouvé mort dans son véhicule, sans que l'on sache s'il s'est suicidé ou si quelqu'un lui a tiré dessus. Après avoir quitté l'église, le tireur a été poursuivi par un citoyen, qui pourrait l'avoir tué avec son arme, ont précisé les autorités.

Trump, Obama... Les réactions s'enchaînent

En tournée en Asie, le président américain, Donald Trump s'est exprimé lors d'une conférence de presse, au Japon. Il a assuré du soutien qu'il apportait aux forces de l'ordre dans le déroulement de l'enquête sur la fusillade, qu'il qualifie d'"acte du mal". "Nous ne pouvons pas mettre de mots sur la douleur et le chagrin que nous ressentons tous et nous ne pouvons pas imaginer la souffrance de ceux qui ont perdu ceux qu'ils aiment", a-t-il déclaré.

À lire aussi
Illustration d'un supermarché Walmart en Californie faits divers
États-Unis : au moins deux morts après une fusillade dans un entrepôt Walmart

"Que Dieu soit avec les gens de Sutherland Springs, Texas", avait-il tweeté quelques minutes après le drame. "Je surveille la situation depuis le Japon", avait-il poursuivi, soulignant que les enquêteurs, dont la police fédérale, se trouvaient sur place.

 Le sénateur du Texas Ted Cruz a aussi adressé ses "prières" aux victimes et remercié sur Twitter les "courageux premiers secours".

L'ancien locataire de la Maison Blanche, Barack Obama, a également réagi à la fusillade. Contrairement à son successeur, Donald Trump, il a appelé à réfléchir à des "mesures concrètes" à "prendre pour réduire la violence et l'armement" aux États-Unis. Le débat du port d'armes a inévitablement été relancé après ce nouveau drame.

Il y a un peu plus d'un mois les États-Unis ont connu la pire fusillade de leur histoire, avec 58 morts parmi le public d'un concert en plein air à Las Vegas dans le Nevada. En juin 2015, Dylann Roof, un partisan de la suprématie blanche, a tué neuf paroissiens dans l'église de l'Emmanuel à Charleston en Caroline du sud, symbole de la lutte des Noirs contre l'esclavage. Il a été condamné à la peine capitale en janvier.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fusillade États-Unis Texas
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants