1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : 6 ans de prison pour une riche héritière qui a soutenu une secte sexuelle
3 min de lecture

États-Unis : 6 ans de prison pour une riche héritière qui a soutenu une secte sexuelle

Clare Bronfman a été condamnée à 81 mois de prison ainsi qu'une amende de 500.000 euros pour avoir soutenu financièrement le gourou d'une secte d'esclaves sexuels.

Clare Bronfman (au centre), héritière de l'empire de spiritueux Seagram, le 30 septembre 2020.
Clare Bronfman (au centre), héritière de l'empire de spiritueux Seagram, le 30 septembre 2020.
Crédit : TIMOTHY A. CLARY / AFP
Marie Gingault & AFP

Clare Bronfman, riche héritière de l'empire canadien de spiritueux Seagram, a été condamnée à 81 mois de prison ainsi qu'à une lourde amende dans le cadre d'une affaire de secte sexuelle.

Jusqu'au bout, elle aura soutenu un homme qui entretenait des esclaves sexuelles. Après avoir plaidé coupable dans le trafic sexuel de la secte Nxivm, Clare Bronfman a été jugée et condamnée mercredi 30 septembre à New York. 

La peine de plus de six mois de prison, inclut également une amende de 500.000 dollars. Cette dernière est plus lourde que la peine réclamée par les procureurs fédéraux de Brooklyn, qui demandaient cinq ans d'incarcération à l'encontre de l'héritière de 41 ans.

La fille du défunt milliardaire Edgar Bronfman avait plaidé coupable en avril 2019 de fraude à la carte bancaire et d'avoir caché un individu clandestin pour le compte de l'organisation Nxivm créée par Keith Raniere et basée à Albany dans l'État de New York. Ce dernier avait pour sa part été jugé coupable en juin 2019 pour avoir entretenu plusieurs années durant un harem de 15 à 20 esclaves sexuelles.

Un important soutien financier

À lire aussi

La quadragénaire n'était quant à elle pas accusée de lien direct avec cet esclavage, mais les procureurs avaient fait valoir qu'elle avait apporté à Keith Raniere un important soutien financier, grâce à sa fortune estimée à 210 millions de dollars. 

"Il ne fait guère de doute que Raniere n'aurait pas pu commettre les crimes pour lesquels il a été condamné sans de puissants alliés comme Mme Bronfman", affirmaient-ils dans un document avant l'audience. Au total, ce sont neuf femmes victimes de l'organisation qui ont témoigné ce mercredi. Certaines, en pleurs, soulignaient que Mme Bronfman, avait "ruiné" leur vie en payant des avocats pour faire taire les critiques de Nxivm. 

De leur côté, les avocats de la défense espéraient éviter à la riche héritière d'aller en prison, en requérant trois ans de libération conditionnelle, en vain. Selon eux, Clare Bronfman ignorait tout des abus sexuels commis par Keith Raniere, perpétrés via une organisation parallèle à Nxivm, "DOS", qui comprenait des "maîtres" et des "esclaves".

À en croire ses avocats, Clare Bronfman ne connaissait que le bon côté de l'organisation, à savoir ses formations favorisant l'épanouissement personnel. Des formations qu'elle avait découvertes en 1983 et qui avaient permis à cette quadragénaire, mal dans sa peau, de surmonter ses angoisses.

Je ne peux pas nier le profond impact que Keith et Nxivm ont eu sur ma vie

Clare Bronfman; héritière de l'empire de spiritueux Seagram

Jusqu'à la fin, Clare Bronfman a refusé de désavouer Keith Raniere et lui a été d'une loyauté sans détour. "Pendant mes nombreuses années chez Nxivm, j'ai commencé à apprécier la vie, à me sentir acceptée, aimée, heureuse", écrivait-elle au juge new-yorkais Nicholas Garaufis fin août. "Beaucoup de membres de cette communauté sont devenus un peu ma famille, et je ne peux pas tourner le dos à ces amitiés, ni nier le profond impact que Keith et Nxivm ont eu sur ma vie", ajoutait-elle.

C'est sans doute ce refus de parler qui a contribué à alourdir sa peine. Elle "a écrit au juge pour dire que Nxivm et Keith Raniere avait changé sa vie pour le mieux. Elle va avoir plus de six ans pour contempler ce sentiment, et décider une fois pour toutes si c'est aussi facile à accepter qu'elle le pensait", a déclaré William Sweeney le responsable du FBI new-yorkais, une fois l'audience terminée.

Sur les six personnes inculpées dans ce scandale sexuel, révélé en mars 2018, Clare Bronfman est la première à connaître sa peine. De son côté, le gourou Keith Raniere, qui a toujours affirmé que ses relations sexuelles étaient consensuelles, devrait connaître sa sentence le 27 octobre prochain.

Après un procès de six semaines, Keith Raniere avait été jugé coupable des sept chefs d'inculpation retenus contre lui, comprenant l'exploitation sexuelle d'une adolescente de 15 ans, extorsion et association de malfaiteurs.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/