2 min de lecture Terrorisme

États-Unis : 21 militaires saoudiens renvoyés après un attentat terroriste

Le gouvernement américain a décidé de renvoyer 21 militaires saoudiens à la suite de la fusillade survenue début décembre sur la base militaire de Pensacola en Floride.

Micro générique Switch 245x300 Un Air d'Amérique Philippe Corbé iTunes RSS
>
États-Unis : 21 militaires saoudiens renvoyés après un attentat terroriste Crédit Image : AFP PHOTO / US NAVY / Patrick NICHOLS | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Philippe Corbé
Philippe Corbé
édité par Maeliss Innocenti

Bill Barr, ministre américain de la Justice, a renvoyé une vingtaine de militaires saoudiens après un attentat qui a tué trois soldats américains.

C'était début décembre sur la base aéronavale de Pensacola en Floride. Un pilote saoudien en formation avait tiré au pistolet. Il a tué trois personnes et en a blessé huit autres avant d'être abattu. Avec ses réserves de balles, il aurait pu abattre beaucoup plus d'officiers américains et d'autres pays alliés car il y a aussi des militaires européens dans cette enceinte.

On savait déjà que la veille ce militaire saoudien avait invité des compatriotes à dîner. Ils avaient regardé ensemble des vidéos de tueries de masse. Après plus d'un mois d'investigations du FBI, le ministre de la Justice a confirmé qu'il s'agissait bien d'un attentat terroriste.

Djihadisme et pédopornographie

Les enquêteurs ont retrouvé des messages djihadistes, anti-Israël, anti-américain, postés quelques heures avant la fusillade. Le 11 septembre, il avait posté un message qui disait "le compte à rebours a commencé". Peu avant l'attaque, il avait même visité le mémorial du World Trade Center à New York. Des témoins l'ont entendu pendant la fusillade tenir des propos très critiques sur la présence militaire américaine dans le monde. Il a aussi tiré pendant la fusillade sur un portrait de Donald Trump.

À lire aussi
Laurent Nuñez Élysée
Laurent Nuñez va être nommé patron de la "task force" antiterroriste

Sur les 850 Saoudiens qui participent à ces programmes de coopération militaire entre l'Arabie Saoudite et les États-Unis, 21 militaires en formation doivent partir immédiatement. À ce stade, rien n'indique qu'ils étaient au courant ou qu'ils ont collaboré à la préparation de l'attentat. Mais pour eux aussi le FBI a retrouvé des indices en rapport avec le djihadisme. Plusieurs d'entre eux avaient consulté des vidéos pédopornographiques. Leurs dossiers sont trop minces pour qu'ils soient poursuivis aux États-Unis mais ils doivent quitter le programme.

Apple refuse de débloquer l'iPhone du terroriste

Il y a aussi une autre dimension dans cette affaire. Ça relance les tensions entre Washington et Apple à propos du terrorisme. Le terroriste avait deux téléphones. Dans l'un d'eux, il y avait une balle. Il avait tiré dessus délibérément. L'autre a été retrouvé. Le ministère de la Justice a demandé à Apple de coopérer pour débloquer les appareils pour que le FBI puisse voir si le terroriste était en contact avec d'autres individus dangereux. Apple a dit collaborer avec le FBI mais a refusé aussi par principe de permettre aux enquêteurs d'accéder au contenu des appareils au nom de la protection des données.

Ces tensions ne sont pas nouvelles. Déjà sous la présidence Obama le ministère de la Justice reprochait à Apple de ne pas donner accès aux données privées des terroristes. Apple dit c'est le respect de la vie privée. De l'autre côté, le ministère de la Justice parle de sécurité publique. Deux principes concurrents. 

L'argument d'Apple, c'est que la protection des données privées est une liberté fondamentale. Et le fabricant dit que s'il fabriquait une porte d'entrée secrète qui permettrait aux autorités américaines d'accéder au contenu des téléphones, des pirates pourraient y accéder aussi au bénéfice de puissances étrangères comme la Chine, par exemple. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Fusillade États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants