2 min de lecture Espagne

Élections en Catalogne : quels sont les enjeux du scrutin ?

Les Catalans décident ce jeudi 21 décembre si les séparatistes doivent revenir au pouvoir, dont ils ont été chassés après la mise sous tutelle de la région par Madrid, ou au contraire s'il faut ouvrir la porte à une majorité différente.

Des milliers d'Espagnols ont défilé contre l'indépendance de la Catalogne, dimanche 8 octobre à Barcelone
Des milliers d'Espagnols ont défilé contre l'indépendance de la Catalogne, dimanche 8 octobre à Barcelone Crédit : Francisco Seco/AP/SIPA
Martin Planques
Martin Planques et AFP

Les séparatistes vont-ils revenir au pouvoir ? Les Catalans sont appelés à décider par le vote ce jeudi 21 décembre. Les élections régionales anticipées voulues par le gouvernement central espagnol sont cruciales. Après la mise sous tutelle de la région catalane par Madrid, le scrutin est autant déterminant pour les indépendantistes que pour les unionistes. 


Exilé à Bruxelles, le président catalan destitué Carles Puigdemont prétend continuer à la tête d'une liste "transversale". Il promettait pourtant de ne faire qu'un mandat. Avec "Unis pour la Catalogne", il entend récupérer "la dignité" du peuple catalan "humilié" par la mise sous tutelle de Madrid.

Le scrutin de ce jeudi 21 décembre est donc sous tension, et selon son résultat plusieurs scénarios sont envisageables pour la région espagnole.

La révolution : victoire d'Ines Arrimadas (unionistes)

À lire aussi
L'ancien premier ministre, Manuel Valls Espagne
Espagne : Valls fait planer le doute sur des rumeurs d'entrée au gouvernement espagnol

Ce serait un événement "historique". Une victoire du Parti libéral et anti-indépendantiste Ciudadanos lors de ces élections mettrait fin à 40 ans de nationalisme catalan dans la région qui n'a eu qu'un président non nationaliste - Jose Montilla, un socialiste - par le jeu des alliances. 

En cas de victoire, la cheffe de Ciudadanos en Catalogne Ines Arrimadas a promis de "dialoguer" pour surmonter la division de la société et de mener aussi des "politiques sociales". La jeune libérale, âgée de 36 ans, est perçue par les grands patrons comme un gage de stabilité et de prospérité retrouvée.  

La continuité : victoire de Carles Puigdemont

La victoire de Carles Puigdemontl'homme qui a défié l'Espagne, serait un camouflet pour Mariano Rajoy qui l'a destitué. Il chercherait ensuite à être élu président de l'exécutif par le nouveau parlement régional. Carles Puigdemont a annoncé vouloir récupérer "la dignité" du peuple catalan "humilié" par la mise sous tutelle de Madrid.

Mais il est poursuivi pour "rébellion" et tentative de "sédition" et visé par un mandat d'arrêt. Ses partisans utiliseraient son arrestation au retour de Bruxelles comme la preuve de la politique répressive de Madrid.

La Catalogne serait-elle alors dirigée par un président en prison? Ses proches estiment qu'il ne peut pas être "privé de ses droits politiques". Son entourage espère qu'une telle victoire permettra de forcer Mariano Rajoy à négocier.  

Autre scénario : victoire d'Oriol Junqueras

Son parti la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) est en tête dans les sondages d'intentions de vote. S'il l'emporte et que le parlement le fait président, Oriol Junqueras pourrait cependant être maintenu en détention provisoire. La gestion des affaires courantes reviendrait alors à Marta Rovira, la secrétaire générale.  

Si Oriol Junqueras obtient l'investiture il mènerait une politique "pour élargir la base" du mouvement indépendantiste, qui n'a compté en 2015 que sur le soutien de 47,8% des Catalans. 

Risque de blocage "à l'espagnole" quelle que soit l'issue

Tous ces scénarios partent cependant du principe que l'un de ces trois favoris obtienne l'investiture grâce au soutien d'autres partis.

Mais les risques d'une paralysie politique sont élevés. Une situation semblable avait bloqué l'Espagne en 2016, faute d'accord au sein des différents blocs indépendantiste ou unionistes.

Les indépendantistes ont notamment besoin de l'appui du petit parti Candidature d'unité populaire (CUP), qui exige une rupture immédiate avec Madrid, ce qui est désormais écarté par les deux autres. En face, Ines Arrimadas, même soutenue par les socialistes et le Parti populaire de Mariano Rajoy, pourrait ne pas avoir assez de voix pour obtenir une investiture.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Espagne Catalogne Élections
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791509606
Élections en Catalogne : quels sont les enjeux du scrutin ?
Élections en Catalogne : quels sont les enjeux du scrutin ?
Les Catalans décident ce jeudi 21 décembre si les séparatistes doivent revenir au pouvoir, dont ils ont été chassés après la mise sous tutelle de la région par Madrid, ou au contraire s'il faut ouvrir la porte à une majorité différente.
https://www.rtl.fr/actu/international/elections-catalogne-enjeux-scrutin-ines-arrimadas-carles-puigdemont-oriol-junqueras-7791509606
2017-12-21 08:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/IRik6xpH5_3Q6oXXJE6B4Q/330v220-2/online/image/2017/1008/7790424111_sipa-ap22114396-000065.jpg