2 min de lecture Égypte

Égypte : un policier mort dans l'explosion d'une voiture piégée à Alexandrie

L'explosion a eu lieu à deux jours du début des élections présidentielles, alors que le pouvoir en place mène un campagne de lutte contre le jihadisme.

Les forces de l'ordre égyptiennes sur les lieux de l'explosion, le 24 mars 2018
Les forces de l'ordre égyptiennes sur les lieux de l'explosion, le 24 mars 2018 Crédit : STRINGER / AFP
Benjamin Pierret
Benjamin Pierret
et AFP

Un policier a trouvé la mort dans l'explosion d'une voiture piégée à Alexandrie, dans le nord de l’Égypte, ce samedi 24 mars. La déflagration s'est produite au passage d'un convoi transportant le directeur de la sécurité de la ville, a annoncé un responsable média au sein des services de sécurité. Aucune revendication n'a pour l'heure eu lieu. Les services de sécurité ont assuré être sur place pour faire la lumière sur les circonstances de l'accident, survenu deux jours avant le début l'élection présidentielle.

Cette même source a précisé que l'engin explosif a été déclenché au passage de ce convoi, provoquant "la mort d'un membre de la police et en blessant quatre autres", a précisé la même source. La dépouille du policier et les quatre personnes blessées, dont l'identité n'a pas été divulguée, ont été transportés vers un hôpital militaire de la ville, a dit dans un communiqué le porte-parole du ministère de la Santé, Khaled Megahed.

Le directeur de la sécurité d'Alexandrie, le général Mostafa el-Nemr, est indemne, ont par ailleurs indiqué ses services, cités par le journal d'État Al-Ahram. Une des sources évoque "une explosion terroriste qui a visé le convoi" du directeur de la sécurité. Cette explosion s'est produite près d'un commissariat, dans un quartier résidentiel et une rue peu fréquentée d'Alexandrie, la deuxième ville du pays.

Escalade de violences

L'élection présidentielle égyptienne doit débuter ce lundi. Elle devrait voir le chef de l'État sortant, Abdel Fattah Al-Sissi, être aisément réélu pour un second mandat. Officiellement élu président en 2014, il est arrivé à la tête de l'Égypte après avoir avoir destitué le président islamiste élu Mohamed Morsi. Depuis, Abdel Fattah Al-Sissi a mené une répression contre l'opposition islamiste, mais aussi libérale.

À lire aussi
30 sarcophages vieux de 3.000 ans ont été découverts en  Égypte Égypte
Égypte : rare découverte de 30 sarcophages, vieux de 3.000 ans

L'Égypte a été la cible ces dernières années d'attentats meurtriers, pour la plupart revendiqués par le groupe jihadiste État islamique (EI). Si ces derniers attaquent particulièrement les forces de sécurité, ils n'ont pas hésite à viser des civils à plusieurs reprises. L'année dernière, les coptes, minorité chrétienne représentant 10% des 96 millions d'habitants du pays, ont été particulièrement visés. En avril 2017, l'état d'urgence a été décrété. Il est toujours en vigueur depuis.

En novembre dernier, 300 fidèles ont péri dans l'attentat le plus meurtrier de l'histoire de l'Égypte, qui visait une mosquée dans la péninsule du Sinaï. Soupçonnée d'en être l'auteur par les autorités, l'EI ne l'a pas revendiqué. Le président Abdel Fattah al-Sissi avait donné trois mois à son chef d'état-major et son ministre de l'Intérieur pour rétablir la sécurité et la stabilité au Sinaï. Cette date limite a depuis été prolongée, et les forces armées ont lancé leur campagne, la plus importante à ce jour, pour mettre fin à l'insurrection jihadiste qui sévit depuis cinq ans.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Égypte Explosion
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants