1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. ÉDITO - "Le Royaume-Uni est une puissance moyenne", assure Lenglet
2 min de lecture

ÉDITO - "Le Royaume-Uni est une puissance moyenne", assure Lenglet

La récente démission de Liz Truss, après seulement 44 jours en tant que Première ministre britannique, a mis en lumière le profond chantier qui attend le parti Conservateur.

Liz Truss annonçant sa démission de son poste de Première ministre du Royaume-Uni le 20 octobre 2022
Liz Truss annonçant sa démission de son poste de Première ministre du Royaume-Uni le 20 octobre 2022
Crédit : Daniel LEAL / AFP
Lenglet-Co and You - Angleterre : "Le Royaume-Uni est une puissance moyenne", assure Lenglet
00:03:19
LENGLET-CO - Angleterre : "Le Royaume-Uni est une puissance moyenne", assure Lenglet
00:03:19
François Lenglet - édité par Alexandre Bozio

Le Royaume-Uni se cherche un quatrième premier ministre depuis le Brexit, la dernière n’ayant tenu que 44 jours… C’est une incroyable comédie qui se joue à Londres, où les gouvernements se succèdent désormais aussi rapidement que la relève de la garde à Buckingham Palace. Boris Johnson avait chuté à cause de scandales touchant à son comportement, Liz Truss tombe tout simplement pour une extraordinaire incompétence, ayant déclenché une crise financière dans les premiers jours de son mandat. 

Tous ces dirigeants émanent du parti Conservateur, parti duquel sont pourtant sortis les plus grands leaders du siècle dernier, comme Churchill ou Thatcher. Il est aujourd’hui en déconfiture intellectuelle et morale.  

Le fond du problème vient sans aucun doute d'un malentendu au sein même du parti conservateur qui avait pris, dans sa majorité, fait et cause pour le Brexit. Il a vendu aux électeurs le retour de l’âge d’or impérial britannique, une fois rompues les amarres avec l’Europe. Tout devait être possible. Une fois au pouvoir, les dirigeants ont buté sur une réalité que le Brexit n’a pas changée : le Royaume-Uni est une puissance moyenne, que la désoccidentalisation du monde a ramené à ses dimensions véritables, c’est-à-dire fort modestes. D’où la crise financière qui a sanctionné sans ménagement la politique fiscale stupide de Liz Truss, la Thatcher de poche.  

Une situation identique en France ?

C’est tout à fait le cas de la France. Mais nous traitons le problème différemment, justement en nous intégrant au sein même de l’Europe, pour peser plus lourd, fût-ce au prix des contraintes de la vie en collectivité. Eux ont parié sur le splendide isolement. De Gaulle écrit, dans ses mémoires : l’Angleterre est une île, la France le cap d’un continent. Cela reste profondément vrai. 

Le Brexit, une erreur ?

À lire aussi

Non pas en tant que tel, le choix national était tout à fait légitime. L’Angleterre n’a d’ailleurs jamais vraiment été intégrée à la Communauté. Il était logique qu’elle s’en écarte. Mais la séparation s’est faite sans préparation ni stratégie.

Le petit groupe de conservateurs qui dirigent le pays, ce sont des grands bourgeois et des aristocrates britanniques qui se connaissent depuis les collèges prestigieux d’Eton et ce qu’on appelle Oxbridge, Oxford et Cambridge, des universités exceptionnelles par leur qualité. Ils n’ont ni vision, ni ambition, si ce n’est de se maintenir au pouvoir par tous les moyens.  

Quelles missions pour le nouveau gouvernement

C’est Rishi Sunak, ex-ministre des Finances, qui semble avoir les meilleures chances d’être désigné. Il va devoir se soumettre aux demandes des investisseurs internationaux, qui veulent le rétablissement des comptes, c’est-à-dire des hausses d’impôts et des baisses de dépenses publiques. Au pire moment, puisque la croissance s’effondre déjà. Des temps difficiles attendent donc les Anglais.

Si le nouveau Premier ministre n’obtempère pas, c’est une punition à la Lizz Truss qui menace : effondrement de la monnaie et hausse des taux d’intérêt. Le paradoxe, c’est que la situation financière britannique n’est pas plus mauvaise que le nôtre. Mais l’union monétaire permet à la France de bénéficier de la garantie implicite de l'Allemagne et d’échapper au triste sort britannique.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous