1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Donald Trump n’a pas déclenché "l’urgence nationale" mais défend son mur
2 min de lecture

Donald Trump n’a pas déclenché "l’urgence nationale" mais défend son mur

Donald Trump a prononcé cette nuit sa première allocution solennelle depuis le Bureau ovale, pour défendre sa promesse de mur à la frontière avec le Mexique.

Donald Trump lors de son allocution télévisée du 8 janvier 2018.
Donald Trump lors de son allocution télévisée du 8 janvier 2018.
Crédit : CARLOS BARRIA / POOL / AFP
Donald Trump défend son mur devant les Américains
00:03:27
Philippe Corbé & Thomas Pierre

Le plus frappant finalement, c’est ce que Donald Trump n’aura pas dit cette nuit lors de cette allocution télévisée. Il n’a pas déclenché ce qu’on appelle "l’urgence nationale", c’est à dire une procédure qui débloque des fonds de réserve militaire, comme après le 11 septembre ou en cas d’épidémie. 

Il ne l’a pas fait, alors qu’il en parlait dans ses tweets, car ses collaborateurs lui ont expliqué qu’il y aurait immédiatement des recours en justice. Donc il devait prouver que l’arrivée des immigrants mettait en danger la sécurité nationale des États-Unis et qu’un mur permettrait de répondre à cette "urgence nationale". 

Donald Trump est convaincu de ces deux points, évidemment, ses électeurs aussi, mais les juristes de la Maison Blanche savent que ce serait difficile à prouver factuellement devant une Cour. 

Son message était donc d’abord politique. Prendre l’Amérique à témoin, expliquer que ce sont les démocrates qui font de l’obstruction et sont responsables de la paralysie partielle de l’administration fédérale. Depuis 18 jours, 800.000 agents ne sont plus payés.

Une concession sur le mur

À lire aussi

Le président américain dit qu’il veut surtout une "barrière physique", qu’il est prêt à ce qu’elle soit en acier et pas en béton. Mais il continue à parler de mur. Même s’il n’a pas repris tous les mensonges grossiers qu’il a répétés ces dernières semaines, que même Fox News a démonté, il y avait des choses fausses.


Par exemple, il explique que le mur est nécessaire car beaucoup d’Américains meurent d’overdose. Mais l’essentiel de la drogue est cachée dans des camions de commerce, qui passent la frontière légalement sur des routes contrôlées. Il a cité plusieurs exemples de crimes commis par des immigrants. Mais les chiffres de la police montrent que le taux de criminalité chez les migrants est nettement plus faible que chez les Américains.

Il répète que le Mexique paiera indirectement pour le mur, mais rien ne permet de le dire. Le Président dit que cela représentera plus d’emplois. Pourtant aujourd’hui, comme on est ici dans le plein emploi, beaucoup d’entreprises, et notamment d’exploitations agricoles, ont un mal fou à trouver des salariés au salaire minimum et demandent qu’il y ait plus de migrants.


Il dit aussi que les migrants passent la frontière et disparaissent dans la nature. Or, la plupart se rendent volontairement aux patrouilles américaines pour déposer une demande d’asile. C’est d’ailleurs pour cela qu’il y a une situation humanitaire difficile à gérer, et que lui en conclut qu’il y a une "crise". Même si quand on regarde les chiffres, il y a beaucoup moins de passages à la frontière que dans les années 90 ou 2000.

Une première pour Trump

Assis à son bureau, très solennel, beaucoup plus "présidentiel" qu’il ne l’est généralement, pas d’improvisation, mais il n’est pas à l’aise avec un prompteur, en tout cas il est beaucoup plus percutant quand il improvise, en meeting, et qu’il parle du mur.


Et quand on écoute les réponses des démocrates qui lui reprochent d’alimenter les peurs, de prendre les Américains en otages, on comprend qu’on ne se rapproche pas d’un compromis : on s’en éloigne. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/