1 min de lecture Incendie

Des incendies ravagent aussi l'Afrique et ils sont pires qu'en Amazonie

Des feux d'une intensité très importante dévastent une partie de l'Afrique subsaharienne. Ils sont le résultat de l'agriculture sur brûlis, une pratique très dangereuse qui peut provoquer des incendies.

Les incendies en Afrique sont le résultat de l'agriculture sur brûlis
Les incendies en Afrique sont le résultat de l'agriculture sur brûlis Crédit : Capture d'écran NASA
Photo Esther
Esther Serrajordia Journaliste

Plusieurs incendies dévastent en ce moment l'Amazonie, le "poumon de la planète". Mais, de l'autre côté de l'océan Atlantique, des feux d'une intensité encore plus importante se développent en Afrique centrale. 

Sur la carte en temps réel des incendies fournie par la Nasa, les incendies en Afrique se distinguent particulièrement bien et semblent très violents : les points rouges sont plus nombreux que ceux situés sur la carte de l'Amazonie. Ils se situent autour de l'Angola, de la République Démocratique du Congo, de la Zambie, de la Tanzanie, du Congo et de Madagascar. 

Si ces feux sont moins évoqués que ceux en Amazonie, c'est parce que ces incendies sont monnaie courante en Afrique, comme le rappelle la NASA. Un phénomène habituel et régulier qui n'est, lui, pas dû aux changements climatiques ou encore à la sécheresses mais est résultat d'une pratique agricole : la culture sur brûlis. 

70% des terres brûlées se trouvent en Afrique

Cette technique consiste à mettre du bois coupé au feu puis à laisser reposer les cendres sur les sols pour les rendre plus fertiles. Résultat : des feux de forêt peuvent se déclencher assez rapidement. 70% des terres brûlées sur la planète se retrouveraient en effet en Afrique subsaharienne, selon l'Agence spatiale européenne (ESA). 

À lire aussi
Des pompiers présents sur le site de Lubrizol pour éteindre l'incendie qui a ravagé une partie de l'usine. Rouen
Incendie à Rouen : des pompiers qui sont intervenus présenteraient des analyses anormales

L'ESA précise également que la pratique de la culture sur brûlis représente entre 25 à 35% des émissions de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. 

Emmanuel Macron s'est exprimé sur le sujet lors d'une conférence de presse au G7. "Nous sommes en train d'examiner la possibilité d'y lancer une initiative similaire à celle que nous venons d'annonce pour l'Amazonie", a-t-il déclaré. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Incendie Afrique Congo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants