1 min de lecture Diplomatie

Cuba : les cerveaux des diplomates américains victimes de phénomènes mystérieux

Une quarantaine de diplomates américains ont "subi quelque chose" au cerveau à Cuba, selon les résultats de recherches. Entre fin 2016 et mai 2018, ils s'étaient plaints de symptômes similaires.

L'ambassade américaine à Cuba.
L'ambassade américaine à Cuba. Crédit : YAMIL LAGE / AFP
Photo Esther
Esther Serrajordia et AFP

Des phénomènes mystérieux ont été observés dans les cerveaux d'une quarantaine de diplomates américains à Cuba. Des chercheurs qui ont effectué des analyses par imagerie médicale à la demande du gouvernement américain, l'ont annoncé mardi 23 juillet. 

Entre fin 2016 et mai 2018, des diplomates en poste à La Havane et des membres de leurs familles ont souffert de maux divers : problèmes d'équilibre, vertige, coordination, mouvement des yeux, anxiété, irritabilité et "brouillard cognitif". Les États-Unis ont rappelé leur personnel diplomatique en septembre 2017 et leur ont fait faire des examens. Aujourd'hui, certains sont rétablis mais d'autres restent en rééducation.

L'étude menée par des professeurs et médecins de l'université de Pennsylvanie ne permet pas de dégager une cause à ces symptômes, mais elle confirme que "leurs cerveaux ont subi quelque chose qui a causé ces changements", selon les mots de la professeure de radiologie Ragini Verma. "Ce n'est pas imaginaire", a-t-elle déclaré avant d'ajouter que "ce qu'il s'est passé n'est pas dû à un antécédent médical". 

Cuba rejette toute responsabilité

Les chercheurs ont comparé les résultats à ceux de 48 personnes comparables de groupes témoins. Les différences sont statistiquement significatives et concernent la matière blanche du cerveau, ainsi que le cervelet, la partie qui contrôle les mouvements.

À lire aussi
Emmanuel Macron, en Chine le 6 novembre 2019 armée
Emmanuel Macron juge que l'OTAN est en état de "mort cérébrale"

Washington n'a jamais établi publiquement la nature du phénomène, ni confirmé qu'il pourrait s'agir d'énigmatiques "attaques acoustiques" ou micro-ondes, comme la presse américaine s'en est fait l'écho, sans toutefois apporter aucune preuve. Cuba rejette toute responsabilité et disqualifie cette étude. Celle-ci "ne nous permet pas d'arriver à des conclusions scientifiques finales claires", a déclaré Mitchell Valdés-Sosa, directeur du Centre des neurosciences de l'État Cubain.

La chercheuse Ragini Vergma insiste sur l'importance de suivre l'ensemble des patients régulièrement pour suivre l'évolution des changements dans leurs cerveaux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Diplomatie Cuba États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants