1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Crise ukrainienne : économiquement, doit-on craindre la Russie ?
3 min de lecture

Crise ukrainienne : économiquement, doit-on craindre la Russie ?

ÉCLAIRAGE - La Russie est un compétiteur modeste au niveau économique. Pourtant Moscou a un atout pouvant déstabiliser l'Occident : les hydrocarbures.

Face à une possible invasion russe, des civils prêts à se battre pour l'Ukraine ont rejoint les militaires.
Face à une possible invasion russe, des civils prêts à se battre pour l'Ukraine ont rejoint les militaires.
Crédit : Julien Fautrat / RTL
Quel est le poids économique de la Russie ?
00:04:10
Martial You

Les menaces de guerre en Ukraine inquiètent les marchés économiques. Vendredi, le CAC40 a fini en chute de 1,27%. Pourquoi la Russie nous fait-elle si peur ? D'abord, ce n'est pas uniquement la Russie qui nous inquiète, ce sont les bruits de bottes. Une guerre qui impliquerait la Russie, l'Europe et les États-Unis replongerait l'économie dans le chaos un black-out à la mode confinement Covid-19 avec une économie de guerre qui prendrait le relais.

Comme on avait eu des constructeurs automobiles qui s'étaient mis à faire des respirateurs, des groupes de luxe qui s'étaient lancés dans le gel hydroalcoolique et des fabricants de slips qui avaient des masques, on aurait une industrie qui produirait pour armer les soldats. 
Mais ça plombe quand même l'économie, même si la Russie en est un acteur mineur. Au niveau mondial, elle occupe la onzième place comme puissance économique Elle était huitième en 2013 donc elle décroche. La France est sixième. 

La Russie a l'équivalent de notre CAC40 : le MOEX, les 41 plus grosses entreprises du pays. La valeur boursière de toutes ces sociétés représente un quart de la valeur du CAC40. Apple vaut cinq fois plus que l'ensemble du marché des entreprises russes. La seule entreprise qui est un peu au-dessus du lot, c'est Gazprom. 

Doit-on craindre la Russie économiquement ?

En effet. Pour le comprendre, il suffit de regarder un indicateur : le pétrole. Le baril s'affole : +3,78% dans la nuit de dimanche à lundi. Le Brent est à 94,77 dollars, il a pris 4 dollars en une semaine. La Russie est l'un des principaux producteurs de matières premières au monde : elle sort autant de pétrole que l'Iran, l'Irak, le Nigéria et l'Algérie réunis.


La France importe 90% de son gaz et une bonne partie vient de Russie. L'Ukraine et la Russie sont aussi de gros fournisseurs de blé et les bruits de bottes à la frontière ont fait monter les cours de plus de 30% en un an. Et là, les conséquences sont sur le prix de nos pâtes ou de nos baguettes de pain.

À lire aussi

 
En clair, la Russie peut asphyxier l'Europe occidentale au niveau énergétique. C'est le chantage que pratique actuellement Vladimir Poutine en laissant grimper les prix du gaz et du pétrole. C'est la diplomatie russe des hydrocarbures. C'est le cheval de Troie de Vladimir Poutine qui peut déstabiliser les grandes puissances de l'ouest. 

C'est aussi pour ça que vous retrouvez des personnalités influentes comme Gérard Schroeder, l'ancien chancelier allemand chez Gazprom ou François Fillon, conseiller d'une entreprise de pétrole.

L'économie russe peut-elle encaisser une guerre ?

Le pays est très puissant sur deux points : les hydrocarbures et les armes. Voilà les champions nationaux en matière d'exportation. 70% des entreprises russes sont contrôlées par l'État. Ça veut dire qu'en cas de guerre, Moscou a la main sur la fabrication d'arme et sur le robinet de gaz et de pétrole qui alimente l'Europe. Ça donne un peu de poids dans les négociations.

 
Mais l'Europe peut aussi enclencher des sanctions contre la Russie. C'est à cette partie de poker menteur qu'on est en train de jouer. On a gelé les avoirs financiers de certaines sociétés et de certains ressortissants russes qui avaient de l'argent dans nos banques européennes. On bloque les prêts de la Banque Européenne d'investissement.


Mais l'économie russe s'appuie encore beaucoup sur ses propres ressources. Le niveau de vie est assez bas puisque le salaire médian est de 360 euros. Cela ne signifie pas que la population restera muette. Il y a une inflation galopante à plus de 8% en ce moment et de sérieux problèmes de pouvoir d'achat qui peuvent nourrir une grogne sociale.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/