1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Crise des sous-marins : "Je sais" que le Premier ministre australien "m'a menti", assure Macron
2 min de lecture

Crise des sous-marins : "Je sais" que le Premier ministre australien "m'a menti", assure Macron

Emmanuel Macron estime que le Premier ministre australien Scott Morrison lui a menti à propos de la rupture du "contrat du siècle" en faveur de l'alliance "Aukus". Une annulation qui "avait rompu la relation de confiance" entre les deux pays.

Le président Emmanuel Macron avec le Premier ministre australien Scott Morrison à l'Elysée, le 15 juin 2021.
Le président Emmanuel Macron avec le Premier ministre australien Scott Morrison à l'Elysée, le 15 juin 2021.
Crédit : Thomas SAMSON / AFP
Florise Vaubien & AFP

"Quand on a du respect, on doit être deux". Dimanche 31 octobre, Emmanuel Macron n’a pas mâché ses mots à propos du Premier ministre australien. Il a clairement signifié que la rupture du "contrat du siècle" a mis à mal leur lien de confiance. Le chef d’État a même assuré qu’il "sait" que Scott Morrison a menti au sujet de cet accord qui prévoyait la livraison d’une douzaine de sous-marins français. 

"Pensez-vous que Scott Morrison vous a menti ?", a demandé un journaliste australien au président français lors d’une interview en marge du G20 de Rome. "Je ne pense pas, je sais", a rétorqué Emmanuel Macron qui n'avait pas caché sa colère après l’annulation de ce contrat historique d’un montant de 55 milliards d’euros.  

Le Marcheur est ainsi revenu sur les négociations secrètes entre Australie, États-Unis et Royaume-Uni sur l'accord de défense nommé Aukus, qui ont entraîné la rupture du contrat franco-australien. "Nous discutons, nous verrons ce qu'il fera", a-t-il ajouté à propos de la possibilité de restaurer la confiance avec le responsable politique. 

Une crise diplomatique internationale

Les deux dirigeants se sont entretenus jeudi pour la première fois depuis le début de cette crise diplomatique internationale. Emmanuel Macron lui avait alors répété que cette annulation de contrat, actée sans concertation d’après Paris, "avait rompu la relation de confiance entre nos deux pays"

À écouter aussi

Dans la foulée de l'annulation de l'accord, les tensions diplomatiques avaient par ailleurs entraîné le retour de l'ambassadeur français aux États-Unis pendant quelques jours. Vendredi, Joe Biden a exprimé sa volonté de surmonter cette brouille alors qu’il rencontrait le président français à Rome avant le sommet du G20. Le démocrate n’a pas présenté ses excuses mais a concédé une maladresse et un manque d’élégance. Il a assuré qu'il croyait que "la France avait été informée très en amont".

Début octobre, le Premier ministre australien avait tenté d'apaiser les esprits en rappelant que son gouvernement a signé "32 milliards de dollars de contrats avec des entrepreneurs non seulement français mais européens". "J’ai hâte de franchir cette période difficile", avait-il ajouté, dans l’attente de sa rencontre avec le locataire de l'Élysée. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/