1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Covid-19 : le traitement de Trump élaboré grâce à des cellules de foetus avorté
1 min de lecture

Covid-19 : le traitement de Trump élaboré grâce à des cellules de foetus avorté

Le cocktail d'anticorps reçu par Donald Trump contre la Covid-19 a été testé en amont grâce à des cellules issues de foetus avorté.

Donald Trump, lors de la sa dernière apparition publique, le 1er octobre 2020 à Washington
Donald Trump, lors de la sa dernière apparition publique, le 1er octobre 2020 à Washington
Crédit : SAUL LOEB / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani

Une certaine ironie a été relevée dans le traitement que Donald Trump a reçu pour être soigné de la Covid-19. On savait le traitement expérimental, le président américain évoquant même des "miracles envoyés par Dieu". Mais il s'agit bel et bien d'un traitement développé par Regeneron Pharmaceuticals, qui a utilisé dans son processus une lignée de cellules qui dérive à l'origine de tissus de foetus avorté. 

Comme l'expliquent nos confrères de Slate, qui reprennent des informations de la MIT Technology Review, si le traitement à base d'anticorps reçu par Donald Trump est issu de cellules d'ovaires de Hamster, des cellules de foetus avorté ont été utilisées lors des tests en laboratoire. 

Un "approvisionnement standardisé de cellules appelées HEK 293T" qui proviennent de cellules rénales d'un foetus issu d'un avortement aux Pays-Bas dans les années 1970. Depuis, elles continuent de se diviser en laboratoire, avec des modifications et des ajouts génétiques, ajoute Slate. 

Les recherches sur ces cellules freinées par Trump

Regeneron explique que cette technique est utilisée par plusieurs laboratoires, et a pour but de tester la réaction des anticorps face à l'attaque d'un virus. Mais si on parle d'une certaine ironie, c'est parce que l'administration Trump s'est prononcée en 2019 contre les recherches médicales effectuées sur des cellules de foetus avortés. 

À lire aussi

Pour ce faire, le gouvernement a réduit la capacité de finance des recherches par le National Institutes of Health. Slate rappelle que les militants pro-vie avaient salué une victoire de leur mouvement. 

Néanmoins, concernant le traitement reçu par Donald Trump, les militants tout comme l'administration n'ont pas réagi. Les cellules datant d'il y a plusieurs années, leur rapport direct à l'avortement n'est plus évident. Du côté des chercheurs, ces derniers militent toujours pour l'utilisation de cellules récentes, et ce afin de créer de nouvelles lignes cellulaires. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/