1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : un scénario à l’indienne est-il possible en Afrique ?
2 min de lecture

Coronavirus : un scénario à l’indienne est-il possible en Afrique ?

FACT CHECKING - Un scénario à l’indienne est-il possible en Afrique, moins touchée par la Covid ? Les gouvernement des pays africains craignent une flambée et attendent toujours des vaccins.

Une unité médiacle s'occupe d'un patient atteint de la Covid-19, à Pretoria, en Afrique du Sud
Une unité médiacle s'occupe d'un patient atteint de la Covid-19, à Pretoria, en Afrique du Sud
Crédit : Phill Magakoe / AFP
Coronavirus : un scénario à l'indienne est il possible en Afrique ?
02:36
Jersey : la France peut-elle couper l'électricité à l'île britannique ?
02:31
Coronavirus : un scénario à l'indienne est il possible en Afrique ?
02:36
Jersey : la France peut-elle couper l'électricité à l'île britannique ?
02:31
Jean-Mathieu Pernin
Journaliste

"Ce qui se passe dans d'autres parties du monde peut se produire en Afrique si nous baissons la garde", a prévenu samedi dernier le directeur général de l'OMS lors d’une rencontre avec les ministres de la Santé des pays membre de l’Union africaine. Difficile de comparer la situation d’un pays à celle d’un continent mais l’échelle indienne est si démesurée qu’il y a des similitudes avec des chiffres africains. 

Il y a des points communs : populations de tailles comparables avec une forte proportion de jeunes, services de santé aux capacités limitées, nombreuses personnes à revenus intermédiaires, faibles ou très faibles... Depuis la première vague, on parle de petit miracle africain car la Covid-19 s’y est moins installée. L’épidémie a été prise au sérieux plus vite qu’en occident, l’affreuse habitude des virus violents fait que l’on apprend à se protéger.

Aujourd’hui encore, le coronavirus y frappe moins qu’ailleurs. On dénombre 123.000 morts à l’échelle du continent, en France c’est 106.000 décès. Mais prudence avec les chiffres puisqu’on a vu que l’Afrique du Sud était particulièrement frappée avec le triste privilège d’avoir un variant à son nom ou l’Egypte, mais ce qu’il se passe en Inde inquiète d’une autre manière.

L'Inde devait fournir des vaccins à l'Afrique

Les pays africains comptent sur l’aide internationale baptisée "COVAX", qui permet d’envoyer des vaccins à ceux qui n’en ont pas. Soucis, le plus gros pays contributeur de ce programme, c’est l’Inde. Vu la situation dans le pays, le gouvernement indien a décidé de garder pour lui les doses d'AstraZeneca qu’il devait exporter en masse. De fait, la couverture vaccinale en Afrique (avec au moins une dose) est seulement de 1%, contre 24% en Europe, et 31% en Amérique du Nord. Mardi, on apprenait que la France allait attribuer 5% de ses doses de vaccins au dispositif COVAX.

À lire aussi

Le continent ne compte que six unités de production de vaccins constituées par le réseau des Instituts Pasteur dans les pays du Maghreb et au Sénégal, plus une en Egypte et en Afrique du Sud. Aucune d’entre elle ne peut produire du Pfizer ou AstraZeneca, par exemple. La situation vaccinale devrait s’accélérer d’ici l’été. Pas toujours simple de tenir le rythme du sprint dans le marathon contre la Covid.

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/