1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Coronavirus : pourquoi la France envoie 100.000 vaccins vers l'Afrique
1 min de lecture

Coronavirus : pourquoi la France envoie 100.000 vaccins vers l'Afrique

Dans le cadre du programme Covax, organisé par l'OMS, des vaccins AstraZeneca vont être envoyés pour permettre à la campagne vaccinale d'accélérer en Afrique.

Flacons de vaccin AstraZeneca (illustration).
Flacons de vaccin AstraZeneca (illustration).
Crédit : JOEL SAGET / AFP
Victor Goury-Laffont & AFP

En Afrique, les pays vivent "en marge" de la campagne de vaccination, comme le souligne l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui note que seulement 2% des vaccins administrés dans le monde l'ont été sur le continent.

Pour tenter d'enrayer les inégalités vaccinales entre pays riches et pays pauvres, l'institution a mis en place le programme Covax. Son objectif : permettre aux 92 pays les moins fortunés du globes d'obtenir des doses pour vacciner, a minima, 27% de leur population d'ici la fin de l'année 2021.

Dans ce cadre, la France enverra, en ce mois d'avril, 100.000 doses en direction du continent africain. À terme, l'objectif est d'en envoyer 500.000 avant la mi-juin, explique l'Élysée. Pour l'heure, un seul vaccin, l'AstraZeneca, est concerné. Mais des doses de l'ensemble des vaccins autorisés en Europe devraient normalement être offerts dans le cadre du programme.

Un programme fragilisé

Si 38 millions de doses ont déjà été livrées dans 113 pays, le système Covax se retrouve menacé par une pénurie indienne. Le pays est en effet le plus grand producteur vaccinal au monde, notamment grâce au Serum Institute of India, qui ambitionne de produire plus d'un milliard de doses en 2021.

À lire aussi

Deux difficultés se posent cependant vis-à-vis de cette production indienne. Confrontée à une flambée des contaminations, l'État du sud de l'Asie a décidé de suspendre pour le moment ses exportations. En prime, le Serum Institute of India fait face à une pénurie de matières premières, compliquant la production. À l'inverse, l'entreprise demande aux États-Unis d'autoriser l'exportation des composants qui permettent la fabrication de vaccins. Comme l'a fait l'Union européenne, Washington empêche en effet ces exportations pour protéger son cycle de production.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/