1 min de lecture Santé

Coronavirus : la Belgique bannit les voyages non essentiels hors des frontières

La Belgique a décidé vendredi d'interdire les voyages "non essentiels" vers et hors de son territoire à compter de mercredi, jusqu'au 1er mars.

Un service de réanimation en Belgique le 22 octobre 2020 (illustration)
Un service de réanimation en Belgique le 22 octobre 2020 (illustration) Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP
William Vuillez
William Vuillez
et AFP

La Belgique est inquiète de la contagiosité du variant britannique du coronavirus et a donc décidé vendredi d'interdire les voyages "non essentiels" vers et hors de son territoire. Une mesure qui prend effet à compter de mercredi, jusqu'au 1er mars. "Nous n'allons pas construire un mur autour de la Belgique, nous pouvons aller dans d'autres pays mais uniquement pour des raisons essentielles", a déclaré en début de soirée le Premier ministre Alexander De Croo.

"La situation s'est stabilisée ces dernières semaines", autour de 2.000 nouvelles infections par jour, mais "le danger n'a pas disparu", a-t-il dit, pointant du doigt les variants du virus "nettement plus contagieux" en circulation en Europe. À compter de lundi, les voyageurs en provenance du Royaume-Uni, d'Afrique du Sud et d'Amérique du Sud (trois zones géographiques où est apparu un variant différent) devront observer une quarantaine de dix jours à leur arrivée en Belgique, avec deux tests obligatoires aux premier et septième jours.

Pour les autres étrangers en déplacement professionnel il faudra produire deux tests négatifs, l'un effectué au départ dans le pays d'origine, l'autre à l'arrivée, a encore dit le Premier ministre.

"Des contrôles aux frontières avec des amendes"

À partir de mercredi, et jusqu'au 1er mars, les Belges ne seront donc autorisés à sortir des frontières que pour des raisons impérieuses (exercice d'une coparentalité, traitement médical, motif professionnel justifié). Sont interdits "les voyages de loisirs ou d'agrément, il y aura des contrôles aux frontières avec des amendes", a affirmé à la chaîne de télévision RTBF l'ex-Premier ministre Elio Di Rupo, président de la région wallonne. Les travailleurs frontaliers ne sont cependant pas concernés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Voyage Coronavirus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants